Le Triomphant

Pourquoi avait-il fallu que ce soit des Blancs qui l'adoptent, qui plus est dans le Maine, l'état le plus blanc des États-Unis, dans une ville exclusivement peuplée de blancs ? Il n'y avait donc nulle part de riches investisseurs noirs désireux d'avoir un enfant ?
Douglas Preston - Impact
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 juin

Contenu

Roman - Guerre

Le Triomphant

Psychologique - Horreur-gore - Cavale MAJ mercredi 24 mai 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12,9 €

Clément Milian
Paris : Les Arènes, mai 2019
268 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7112-0107-5
Coll. "Equinox"

Dans les affres de la guerre

Nous sommes sans doute (même si le temps n'est pas précisé) en plein Moyen Âge, aux alentours de la guerre de Cent ans. Alors que le royaume de France est à feu et à sang, que les troubles génèrent des groupes armées de pillards, d'armées en débandade qui se vengent de leurs échecs et de leurs frustrations sur les populations apeurées, une bataille vient d'avoir lieu. Ce fut d'ailleurs plus un carnage qu'autre chose, où s'est illustré un homme que tous surnomment la Bête. Faut dire que cet homme est une machine de guerre, ce que les Vikings appelaient un berserker, si violente que, durant les combats, son but est de tuer, et peu importe s'il s'agit d'ennemis ou d'amis. Son but est de détruire le plus de gens. C'est ce qu'elle vient de faire, en liquidant à tour de bras, avant de disparaître dans la nature. Quatre soldats, perturbés par les violences qu'il ont accomplies, décident alors de poursuivre le monstre humain et de l'éradiquer afin de sauver les populations, mais surtout de sauver leurs âmes. En chemin, ils vont gagner un ennemi anglais à leur cause, horrifié par les dégâts causés par ce même monstre. Devant eux, la bête vient de détruire une ferme isolée, laissant une jeune fille seule. Cette dernière se met en route et ses pas suivent ceux de la petite troupe.

Construit en alternance avec le groupe de poursuivants, la jeune fille et parfois la Bête, le récit de Clément Milian est une suite de scènes montrant l'horreur de la guerre, la traque, quelques moments de paix et de réconciliation dans un monde violent et sans pitié, peuplé d'êtres cyniques qui essaient de vivre ou de s'enrichir dans le conflit. Sous des allures de conte, c'est surtout une parabole simple autour de l'intemporalité des guerres et des comportements, de la noirceur des hommes et d'une rédemption possible. Servi par une écriture qui sait décrire une scène de pillage, une montée de tension ou des moments de pause, le roman raconte une poursuite avec des personnages esquissés mais auxquels on s'attache, perdus au milieu d'un conflit qui les dépasse.

Citation

Il avait chaud et froid, il avait soif, et sa dernière sensation fut une sensation de douleur. Il oublia Dieu et ne pensa qu'à lui, à lui seul, à la souffrance qui lui parut inadmissible.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 24 mai 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page