Du sang sous les acacias

On n'en sait peut-être pas beaucoup sur celui qu'on est. Mais il est rudement facile de savoir celui qu'on n'est pas
Árni Thórarinsson - Le Septième fils
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Les Terres animales
Lorsque la centrale a explosé, contaminant toute la vallée, presque toute la population a été évacuée. Se...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 04 octobre

Contenu

Roman - Policier

Du sang sous les acacias

Ethnologique - Énigme - Trafic MAJ mercredi 31 mai 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Bernadette Richard
Favre, septembre 2019
312 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-8289-1784-5
Coll. "Thriller"

Un Hippo est mort ce soir

D'un côté une journaliste américaine spécialisée dans les enquêtes sur fond de scandales, et qui est devenue l'amie d'un policier. Depuis la mort, toujours non résolue, de son mari et de son fils, elle traverse le monde avec son chien. De l'autre, un policier grec, séparé de sa femme qu'il aime encore et qui l'aime. Lui travaille pour un organisme policier international qui enquête sur tout ce qui concerne les affaires autour d'animaux. Et puis, une jeune biologiste française va se joindre à eux lors d'une enquête. Elle vit à Paris avec son chat et un boa constrictor femelle que son frère, fêtard invétéré, va perdre et rechercher dans la Capitale...

Comme on le voit, il y a déjà beaucoup d'animaux dans le roman de Bernadette Richard, mais l'histoire va encore concentrer cette ambiance. En effet, l'enquête se déroule dans une réserve africaine où il ne s'agit pas de rechercher qui tue tel ou tel touriste, mais pourquoi quelqu'un s'obstine à endormir les hippopotames pour leur prélever le cœur on ne sait à quelle fin. Différents pistes se proposent : une riche femme suisse qui collectionne les cœurs d'hippopotames justement, une secte qui pratique le sacrifice rituel d'animaux ou un simple braconnier. Voilà donc le policier, la journaliste et la biologiste à se promener dans la savane à la recherche d'indices pour confondre le coupable. Mais, en même temps, ils doivent tous trois gérer les problèmes qu'ils ont laissés en Europe. Le roman est agréable à lire et possède une certaine dose d'humour bon enfant : le chef de la réserve n'aime pas les animaux et le chien de la journaliste le mord régulièrement. Le dit chien communique avec les hippopotames et aidera à l'arrestation du coupable. Enfin, il y a encore et toujours les pérégrinations du frère pour retrouver le boa... Entre, il y a une intrigue policière un peu lâche qui sert surtout de prétexte à des bonnes descriptions de la vie animale, qu'il s'agisse des animaux restés en Europe ou de ceux de la savane. La vie dans la réserve est racontée avec soin et permet de se faire une idée des problèmes. La vie sentimentale compliquée du policier et une agression sur son ex-femme sont l'occasion d'effectuer un peu de mouvements. De plus, l'intrigue policière est quand même vite rendue anecdotique par les chapitres où l'on suit le coupable et ses motivations. Si l'on apprécie les romans rapides, décrivant des scènes avec humour et que l'on n'est pas préoccupé par la noirceur d'une intrigue, alors on pourra apprécier ce roman, somme toute, reposant.

Citation

Il s'avança sans bruit. Depuis le temps, il avait appris à se déplacer comme une ombre qui épouse la nuit. Il défiait quiconque d'imaginer qu'un homme était accroupi dans l'attente.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 31 mai 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page