Manhattan Palace

L'auteur disait que Van Gogh utilisait entre autres pigments une laque de géranium contenant de l'éosine qui présente l'inconvénient majeur de se dégrader à la lumière.
Marie-Claude Devois - Van Gogh et ses juges
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Noir

Manhattan Palace

Social - Tueur en série - Huis-clos MAJ vendredi 02 juin 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Carole Geneix
Paris : Rivages, 0000
416 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7436-5992-9
Coll. "Noir"

Vieux monde et parvenus

Comme l'indique son nom, le Manhattan Palace est un hôtel de grand luxe en plein milieu de New York. Mais, même si certaines stars y passent encore, le rêve a pris un coup dans l'aile. La dernière propriétaire, de la famille des Sharp-Sterling, vit au sommet de son hôtel, avec son boa, regardant son fils et son petit-fils faire briller les derniers feux tandis que des rats commencent à gratter dans tous les coins et à s'infiltrer dans les cuisines, et que d'autres rats, plus humains, grignotent les marges bénéficiaires en volant comme ils le peuvent leur patronne. Quelque part, dans le paquebot en perdition, un ancien pilote de ligne, viré pour addiction, devenu homme à tout faire, somnole dans d'anciennes chambres condamnées. Mais le Manhattan Palace tente un dernier coup d'éclat : le petit-fils doit se marier avec une Française. Et même si le mariage ne plait pas à la mère, une snob de grande hauteur et que le père s'en moque un peu, beaucoup (ce qui l'intéresse, c'est sa chatte, la seule "personne qu'il aime", et ses propres petites affaires dont il vaut mieux ne rien savoir), il va se dérouler en présence d'une autre jeune Française, une influenceuse encore en recherche de sponsors et meilleure amie de la future mariée. Une mariée qui, de son côté, a décidé de frapper un grand coup. Elle a piégé sexuellement son benêt de fiancé afin de devenir riche et de parcourir le monde, suivie par des millions de followers. Pour ce faire, son mariage est déjà en soi un couronnement, d'autant plus qu'elle a prévu quelques surprises pour les invités, dont une tribu de drag queens flamboyantes. Mais lorsque tout ce beau monde, humain et animal, va se retrouver en pleine cérémonie, alors que la police est sur les dents à cause d'un tueur en série qui a raté sa dernière cible, une star connue, et qui semble rôder dans le quartier, tout risque de déraper sévèrement.

Le roman de Carole Geneix montre le contraste saisissant entre les derniers feux de la "noblesse" américaine et le strass et paillettes de la nouvelle génération de parvenus. Sur fond de guerre sociale, cet ilot de tranquillité que devrait être un grand palace se retrouve dans la tempête, en perdition. Le tout est raconté à la manière des auteurs, qui justement vivaient dans ces palaces, comme par exemple Dorothy Parker, entre cynisme et joyeuseté, comme pouvaient le faire des gens qui riaient une dernière fois au bar du Titanic s'enfonçant dans les eaux. On trouvera une parenté avec La Mille et deuxième nuit, le précédent ouvrage de Carole Geneix, qui reconstituait les mêmes ambiances dans le Paris des années folles. Construit avec soin, entrelaçant les thèmes de l'amour, de la haine, de la folie, des animaux plus humains que les humains (ou inversement), ce roman est plus agréable, à aborder plus comme description de la société que pour une intrigue pointue, qui joue sur le noir des situations plus qu'une véritable enquête (les meurtres sont traités dans le fil de l'action et glissent au creux d'une phrase), mais ce charme des différents personnages qui se croisent, se déchirent, virevoltent, meurent, s'aiment, pleurent, restitue un tourbillon de la vie intelligemment mené accompagné d'une écriture classique.

Citation

Le tube de rouge git sur le sol. Elle le met dans un sac en plastique qu'elle donnera plus tard au housekeeping. Objets trouvés. Elle doute fort que l'auteure de ces mots d'amour ait envie de récupérer l'instrument de sa colère, mais sait-on jamais. Elle en a vu d'autres et des plus saugrenus.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 02 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page