L'Espion qui valait des milliards

Dire que j'avais une faiblesse pour les femmes revenait à prétendre qu'Ernest Hemingway appréciait un cocktail occasionnel.
Michael Olson - L'Autre chair
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Essai - Espionnage

L'Espion qui valait des milliards

Politique - Scientifique - Trahison MAJ jeudi 08 juin 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

David E. Hoffman
The Billion Dollar Spy - 2015
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christine Laferrière
Paris : Les Syrtes, mai 2023
368 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-940701-55-1
Coll. "Histoire et document"

Plus fort que James Bond

Adolf Tolkatchev est un scientifique russe qui travaille dans un bureau qui centralise un grand nombre d'informations sur les armes, les radars, les avions. Bref : tous les outils nécessaires pour améliorer l'effort de guerre soviétique. Mais, entre sa famille et celle de sa femme, et ses propres opinions, il a de plus en plus de mal à travailler, par rapport à sa conscience. Il veut faire payer ses supérieurs et cette Union soviétique délétère. Il s'est même procuré des ouvrages interdits qui lui ont donné beaucoup d'idées pour réfléchir. Il décide donc de trahir "son" camp et de transmettre tout ce qu'il peut aux Américains. Mais comment faire ? Il sait bien que les services secrets soviétiques sont performants, que les agents américains sont surveillés et que les rencontrer est très risqué. Alors, il va réfléchir à tout cela avant de mettre son plan en route. Et une fois entré dans le circuit, il va aussi réclamer quelques petits avantages afin de prouver par la même qu'il est fiable dans les informations qu'il transmet. En parallèle, nous suivons les façons dont les agents américains vont essayer de découvrir si ce nouvel agent est fiable, s'intéresser à comment communiquer avec lui, dans des budgets serrés. Et que faire, si dans leurs propres rangs, certains sont déçus, risquent de faire défection et qu'is possèdent des informations potentiellement dangereuses sur les agents en immersion.

Attention, ce texte n'est pas un roman mais un récit journalistique qui revient sur l'un des personnages centraux de l'histoire de l'espionnage. En effet, par son travail, Adolf Tolkatchev a permis aux Américains de posséder une avance exceptionnelle sur l'URSS, en leur donnant des informations permettant de savoir où les Russes en étaient dans leur propre recherche sur les armes et les moyens de détection. D'après des experts, ces informations ont permis des économies se chiffrant en milliards de dollars et ce contre quasiment rien en échange. David E. Hoffman décrit avec force les manières dont les agents américains ont essayé de travailler en URSS, malgré les difficultés, comment ils ont pu maintenir le contact, alors qu'ils se trouvaient sous une surveillance quasi constante, le plus souvent en utilisant des petits gadgets, des bidouillages. Du côté de Tolkatchev, on perçoit sa pression et surtout les raisons qui le poussent à "trahir". En comparaison, on voit celui qui va trahir les services américains et le "dénoncer". Récit journalistique, qui décrit l'histoire, avec des allers-retours dans le passé des personnages, L'Espion qui valait des milliards se lit comme un roman et décrit avec soin un monde de la guerre froide, peut-être pas si ancien que cela.

Citation

Même les officiers 'en immersion profonde' de l'antenne de la CIA à Moscou, invisible aux yeux du KGB, ne purent passer à travers les mailles du filet. Le 24 novembre, l'un d'entre eux, légèrement déguisé, réussit à appeler d'une cabine téléphonique à son appartement, mais ce fut quelqu'un d'autre qui répondit. L'officier raccrocha.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 08 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page