Les Jaloux

Je me suis loqué en gigolpince de province. Costar beurre frais, cramouille verdâtre, limace jaune, bitos amerlock, gros diam bidon à l'annulaire et charmeuses à la Clark Gable. Un vrai caïd débarqué la veille d'Ajaccio.
San-Antonio - Messieurs les hommes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Noir

Les Jaloux

Social - Mafia - Urbain MAJ lundi 19 juin 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

James Lee Burke
The Jealous Kind - 2016
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christophe Mercier
Paris : Rivages, juin 2023
428 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-5991-2
Coll. "Noir"

Un bildungsroman au Texas

À côté de sa série avec Dave Robicheaux, il ne faut pas oublier que James Lee Burke a aussi écrit des one shot et a également consacré une série, non pas à un personnage mais à la famille Holland. Dans Les Jaloux, troisième volume de la saga, l'auteur va se concentrer sur l'année 1952, à Houston, autour d'Aaron Holland Broussard. C'est un jeune homme de dix-sept ans qui vit avec un père silencieux, essayant de limiter son alcoolisme, et une mère qui a des problèmes psychiatriques. Mais il vit heureux, achève sa formation au lycée et travaille pour un garagiste. Son meilleur ami s'appelle Saber, un jeune homme prêt à de nombreuses bêtises, pas forcément du meilleur goût, sans souvent se soucier des répercussions. Quand Aaron croise le chemin de Valérie, c'est pour lui le coup de foudre, seulement Valérie est fiancée à Grady Harrelson, fils d'un riche promoteur de la ville en lien avec des familles mafieuses. Mais entre les deux ça ne va pas fort, et Valérie se retourne vers Aaron. Le début de romance va être contrarié par Grady, qui ne l'entend pas ainsi, et qui fait appel au fils des Atlas, véritable bombe ambulante, pour régler le problème. Dans le même temps, une jeune prostituée mexicaine est retrouvée morte et Loren, son cousin, voudrait savoir pourquoi. Il pense que Grady et Aaron pourraient avoir des informations. Mais quand les pères s'en mêlent, que les gangs latinos et la mafia s'en occupent, que l'on retrouve mort le père de Grady, tout se complique et pourrait exploser en une vague de violence. C'est peut-être ce que veut éviter un vieux policier qui traîne dans le coin et une ancienne connaissance du dit policier, qui travaille à présent pour la famille Atlas.

On retrouve dans ce roman tout ce qui fait l'intérêt des romans de James Lee Burke : une réflexion profonde sur le Mal et la façon dont il vous contamine, les relations complexes entre les êtres, entre leur façade et ce qu'ils cachent, sur les liens de pouvoir des dominants et leur façon d'écraser les petites gens. Ici, l'intrigue, toujours aussi maîtrisée, n'est pas vue à travers un policier, mais racontée par un jeune homme qui fait ainsi son éducation sentimentale, son entrée dans le monde des adultes. Peuplé de divers personnages décrits en quelques lignes mais qui apparaissent quand même comme très vivants (les parents, un professeur, le policier, une femme liée à la mafia), le récit qui bifurque ouvre des pistes, propose des réponses sans appuyer, pour montrer un univers empli de menaces, qu'elle soit locale ou internationale, avec des références à l'ombre portée de la Deuxième Guerre mondiale ou à l'engagement en Corée, qui a l'air d'être une façon aussi de se faire oublier. Les Jaloux est un roman qui se concentre sur une galerie d'adolescents devant faire des choix entre leurs idéalismes de jeunesse et l'éducation qu'ils ont reçue ou subie. On retrouve tout le bonheur de lire un livre de James Lee Burke avec, ici, le charme du renouvellement grâce à d'autres personnages au centre de son intrigue. Pour paraphraser Alexandre Vialatte : "C'est ainsi que Burke est grand !"

Citation

On était samedi et je savais qu'avant la nuit mon père reviendrait en titubant de chez le glacier, tandis que les voisins détourneraient les yeux tout en arrosant leurs jardins.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 18 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page