Limite vide suivi de La Femme du 16

L'inspecteur Millecamps [...] imaginait de quelle manière il utiliserait les millions d'euros qu'il empocherait s'il gagnait dimanche au concours de pronostics sportifs.
Emmanuel Sys - Julia, morte deux fois
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Nouvelle - Noir

Limite vide suivi de La Femme du 16

Psychologique - Social - Urbain MAJ mercredi 21 juin 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Léo Betti
Marcinelle : Le Basson, mars 2023
156 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-930582-97-9

Nouvelles des petites gens ordinaires

Il pourrait être compliqué de résumer les courtes nouvelles car les résumés pourraient s'avérer presque aussi longues que les textes de départ. De fait, souvent, il s'agit de monologues de personnes qui, pour une raison ou une autre, ont un rapport avec la vie, la mort, le sexe, la pauvreté intellectuelle ou morale. On trouvera donc un homme découvrant son ami mort chez lui, un réalisateur de films très porté sur le sexe et qui risque d'être mal vu par le mouvement #MeToo, une épouse de trois cents kilos, la fin de vie d'un vieil homme qui a une femme de ménage qui s'occupe trop bien de lui et donc ne fait pas un travail efficace et rentable, les pensées d'un homosexuel qui cherche un compagnon dans un endroit où il s'agit surtout d'étreintes brèves, une fille qui est snobée par son frère qui se pense supérieur, la façon dont par peur du qu'en-dira-t-on, une mère préfère faire passer sa fille pour une menteuse que de dire du mal d'un voisin pédophile, une prostituée qui croit en l'amour d'un riche qui la sortirait de sa misère, les rancœurs d'une femme dans une maison de retraite, un psychologue pénitentiaire qui rêve d'étreintes viriles avec ses "patients, ou les derniers jours d'un soldat durant la guerre de 1914. La dernière nouvelle, plus longue, raconte la vie d'une femme qui habite dans un immeuble. Une vie qui lui fait tout perdre et qui la projette SDF. Nous allons suivre en quelques pages sa vie, ses rêves et ses défaites alors qu'elle continue à errer à proximité de son domicile, dans sa propre rue. Nous sommes là dans des vignettes, des détails, sur une vie racontée sous un angle noir, où les avenirs sont bouchés, les victoires éphémères et les échecs toujours présents. Description fine et sensible, sans pathos, d'une situation, d'un personnage, les nouvelles sont autant de cartes de visite d'un univers sombre et désespéré. Ciselées, écrites, rendant à merveille les voix des personnages, elles annoncent en Léo Betti un auteur intéressant qu'il faudra suivre sur la durée, en espérant qu'il pourra aussi insérer cette vision pessimiste du monde dans un récit plus étoffé. C'est tout le mal qu'on lui souhaite.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes : "L'Ami", "Cinéma", "Amour", "Mr Barrin", "Aladdin", "Mirage", "Paris", "Le Frère", "Monoprix", "Maman chérie", "Belle", "Papouille", "Ma chambre", "Thérapie", "Le Square", "Dimitri", "Passé", "Départ", "Bêtise", "Gris", "Marseille", "Première fois", "Après-midi", "La Mer" & "La Femme du 16".

Citation

C'est la rue sous la flotte qui tombe. Trombes d'eau qui font vacarme sur les dalles, le bitume. Qui nettoient les odeurs de pisse. Y a l'odeur de la pluie maintenant. Elle aime l'odeur de la pluie. C'est comme un souvenir. Elle ne se souvient pas du souvenir.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 21 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page