Toucher le noir

Le temps de tourner le dos à son âme damnée, et le claquement de la portière, dans la nuit, fit s'envoler sa mauvaise conscience.
Éric Le Nabour - La Nuit de Saint-Mandé
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 juin

Contenu

Nouvelle - Policier

Toucher le noir

Psychologique - Social - Médical MAJ jeudi 29 juin 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6 €

Yvan Fauth & Collectif
Solène Bakowski (nouvelle)
Michaël Mention (nouvelle)
Danielle Thiéry (nouvelle)
Ghislain Gilberti (nouvelle)
Laurent Scalese (nouvelle)
Benoît Philippon (nouvelle)
Éric Cherrière (nouvelle)
Jacques Saussey (nouvelle)
Franck Thilliez (nouvelle)
Maud Mayeras (nouvelle)
Valentin Musso (nouvelle)
Paris : HarperCollins France, mars 2022
294 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 979-10-339-0987-3
Coll. "HarperCollins poche. Noir", 352

Des nouvelles qui fons sens

Avec Yvan Fauth, nous voici donc au milieu de la déclinaison des cinq sens version polar. Tout d'abord, notons, que le toucher est la variation qui, pour l'instant, donne les meilleurs résultats. Même si le toucher doit être compris au sens large, les nouvelles qui composent ce recueil sont pour la plupart de bonnes nouvelles, voire plus. On peut cependant se poser des questions sur l'idée de départ de Laurent Scalese et de Franck Thilliez. De fait, leurs nouvelles sont... la même, mais découpée en plusieurs "chapitres". Dans la première version, l'histoire est montée (comme on fait un montage au cinéma) en remontant le temps, de la conséquence au début. Puis dans la seconde, elle est reconstruite dans l'ordre chronologique. Du coup, la version rétroactive crée mieux une impression noire, autour d'un personnage qui est capable au toucher de repérer les armes qui lui serviront à tuer quelqu'un. Par ricochet, la police est juste chargée d'arrêter les futurs acheteurs, et ce travail ne lui plait pas trop. Concernant les autres nouvelles, elles sont toute de qualité, jouant véritablement sur différents registres (et évitant une certaine redondance). "Retour de soirée" permet à Valentin Musso de raconter à travers trois protagonistes différents un fait divers qui change radicalement selon le narrateur : accident, meurtre de circonstance, puis assassinat prémédité. Le texte de Solène Bakowski est d'une froideur glacée, effrayante. Quant à Benoît Philippon, il nous offre ce qu'il sait faire de mieux avec un texte drôle et ironique, à l'instar d'Éric Cherrière avec une vengeance avec un goût amer, voire de Michaël Mention avec un huis-clos très fort dans un ascenseur. Danielle Thiéry, elle, décrit une façon originale de faire réussir sa fille à un concours, pendant que Ghislain Gilberti se tourne résolument vers le fantastique, avec une course poursuite entre des vampires et leurs chasseurs. Enfin, Jacques Saussey nous propose un choix carcéral alors que Maud Mayeras revient au polar social ethnologique. On le voit, on est livré à divers aspects, différentes variations pour une palette élargie du noir, pour un recueil ouvert et intéressant concocté par des auteurs renommés et de qualité.

NdR - Le recueil comporte les nouvelles suivantes : "8118 Envers", de Franck Thilliez, "8118 Endroit", de Laurent Scalèse, "Retour de soirée", de Valentin Musso, "L'Ange de la vallée", de Solène Bakowski, "Signé", de Benoît Philippon, "Mer carnage", d'Éric Cherrière, "No smoking", de Michaël Mention, "Doigts d'honneur", de Danielle Thiéry, "L'Ombre de la proie", de Ghislain Gilberti, "Une main en or", de Jacques Saussey & "Zeru Zeru", de Maud Mayeras.

Citation

Elle n'est pourtant responsable de rien, si ce n'est d'avoir du talent. Va expliquer ça au gars écorché comme un vison sur son terrain vague.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 29 juin 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page