Les Aigles de Panther Gap

Alors qu'elle s'apprêtait à plonger à travers l'ouverture, elle sentit un bras s'enrouler autour de sa taille et une grande main se plaquer sur son visage, le recouvrant presque intégralement.
David S. Khara - Le Projet Shiro
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Aigles de Panther Gap

Mafia - Drogue - Trahison MAJ dimanche 02 juillet 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24,5 €

James A. McLaughlin
Panther Gap - 2023
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christian Garcin
Paris : Rue de l'échiquier, mai 2023
480 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37425-402-9
Coll. "Fiction"

Des mafieux dans la nature

La famille Girard a eu un de ses membre lié à la mafia, détenteur de fortes sommes d'argent qu'il a cachées avec soin dans des banques étrangères de différents endroits. Mais il a un peu tiré sur la corde et une famille mafieuse lui en a fortement voulu. Alors, il a jugé bon de changer de nom et a acheté une zone difficile d'accès où il s'est replié avec sa famille. Aujourd'hui, il reste deux oncles très armés et protecteurs et deux jumeaux, Bowman et Summer. Bowman a cru dans les informations de sa famille et pense descendre d'une famille d'indiens. Depuis tout petit, il a des visions, et est capable (selon lui) de se projeter dans les corps de certains animaux. Mystique, il a quitté assez jeune la famille, trop pesante pour lui, afin de vivre sa vie de nomade et d'explorer le monde. Soigné dans une clinique après la morsure d'un serpent venimeux, il a été retrouvé par sa famille qui lui demande de revenir car sa présence (enfin celle de ses empreintes digitales) est nécessaire pour débloquer des fonds dans une banque. Toutefois autant d'argent risque d'attirer de nombreuses convoitises et la connexion pour les retrouver a peut-être été interceptée par les mafieux. Pendant ce temps, Sam est parti en vacances avec un ami et sa petite copine. Ce qu'il ne sait pas c'est que la fille a emporté avec elle un imposant sac à dos qui contient de la drogue, de l'argent et surtout des papiers pouvant incriminer un cartel mexicain. Comme l'information circule, des petits malins leur courent après en essayant de doubler les narcotrafiquants. C'est alors que Sam croise également la route de Summer...

Les intrigues en parallèle vont bien évidemment se rejoindre, mais elle ne constituent qu'une partie de l'intrigue extrêmement maîtrisée concoctée par James A. McLaughlin. Il faut y ajouter des flashbacks, particulièrement sur l'enfance et l'adolescence des jumeaux Summer et Bowman, sur leur vie particulière dans un espace sauvage, avec un père assez rude et l'angoisse persistante d'être retrouvés par un clan mafieux. Toutes ces tensions, outre celles qu'apporte Sam, le double jeu de nombreux personnages - le banquier du coin est-il vraiment un ami de la famille ou est-il placé là par des gangs ?, un homme qui prend en stop Bowman de retour est-il aussi innocent qu'il semble le proclamer ? -, forment un contraste avec des descriptions des décors saisissantes, des détails sur les symbioses possibles entre l'homme, l'animal et le végétal, dans la pure tradition du nature writing américain. Tous ces éléments se répondent avec soin, construisent un récit dépaysant, exotique, peuplé de personnages tous dessinés méticuleusement (des petits passeurs qui feront le lien avec le cartel, des petites frappes qui veulent se hisser, un garde) à l'intérieur d'une intrigue bien ficelée, se déployant de manière ample, à l'image des paysages évoqués, que ce soit une forêt touffue, un désert aride, des vestiges de grottes indiennes. Jame A. McLaughlin confirme tout le bien que l'on pensait de lui à la sortie de Dans la gueule de l'ours, son premier récit, et réussit le pari de la confirmation tout en se renouvelant.

Citation

Bowman ferma les yeux. L'odeur de l'épaisse et rugueuse fourrure de la peau de loup l'enveloppait, curieusement familière, déclenchant ce qui semblait être de vieux souvenirs, ou des lambeaux d'un rêve s'évanouissant au matin. À la vue de la viande crue des cous de poulets, il sentit sa salive s'écouler et il dut l'avaler pour ne pas baver sur le sol de la grange.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 02 juillet 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page