Malgré toute ma rage

Nous retînmes notre souffle. Nous venions de découvrir un deuxième passage secret. Nous tendîmes aussitôt le cou vers l'ouverture. Et là : surprise ! À l'intérieur du local dérobé, nous débusquâmes Grand-Pa en compagnie de... Théo ! Les deux portés disparus étaient visiblement en pleine forme et paraissaient aussi médusés que nous.
Didier Leterq - La Disparition de Théo
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Malgré toute ma rage

Psychologique - Social - Enlèvement MAJ mardi 22 août 2023

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Jérémy Fel
Paris : Rivages, août 2023
510 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-7436-6047-5
Coll. "Littérature francophone"

Humain, trop humain

Juliette, Manon, Chloé et Thaïs sont toutes quatre des amies d'enfance, certaines ont même des liens de parenté. Elles vivent dans les milieux parisiens huppés, parfois liées au monde de l'édition. Mais elles veulent fêter leurs premières vacances de filles sans parents et elles obtiennent l'autorisation d'aller en Afrique du Sud, dans une maison louée par une Hollandaise raciste et fière de son passé. De loin en loin, un certain Albert, banquier français expatrié sur place, leur servira de mentor. À peine arrivées, les filles décident de se balader. C'est alors que Manon prend en photo des gens, dont une vieille dame noire qui lui crie dessus. Les filles partent mais quelques heures plus tard elles sont rattrapées par deux noirs qui tentent de les violer. Si elles parviennent à s'enfuir, les deux hommes se sauvent avec leur voiture et leurs papiers. Elles joignent alors Albert qui les rapatrie en ville. Mais c'est aussi le glas du périple car leurs familles respectives, inquiètes, programment leur rapatriement. La nuit suivante, la dernière de leurs vacances, Manon est enlevée dans sa chambre. On retrouvera son corps violé et brûlé dans une maison en ruines. Différentes pistes sont possibles : les voleurs qui avaient leur adresse, des gangs liés au chauffeur de taxi qui les avait amenés dans leur maison, Albert qui a été inculpé de pédophilie mais s'en est sorti grâce à son argent et ses relations. De son côté, le policier noir chargé de l'enquête est en train de vivre un divorce éprouvant et il n'est pas d'une humeur très facile...

Après trois romans qui oscillaient entre les différents genres de l'imaginaire, variant du polar au fantastique en passant par la S.-F. et le gore, Jérémy Fel nous propose une intrigue que l'on pourrait à tort plus assagie. La construction romanesque reste la même : différents personnages, dont le nom en tête de chapitre indique qui va parler, racontent une histoire qui se suit, sinue, revient parfois en arrière, mais présente à chaque fois un éclairage nouveau sur les éléments racontés et sur l'intrigue. Mais là où l'auteur invoquait des puissances ténébreuses, des monstres hantant le monde et s'incarnant dans les personnages, nous avons ici affaire à un Mal encore plus insidieux, car profondément humain. Vivant dans leurs propres certitudes, la plupart des personnages poursuivent leurs propres buts, au détriment des autres, n'hésitant pas à en abuser, à les faire plier à leurs volontés, usant de leur pouvoir sexuel, financier, politique ou policier pour aboutir à la fin qu'ils souhaitent. La construction intelligente, qui fait penser aux meilleurs moments d'un David Lynch (entre autres, une scène où les jeunes filles se croient sauvées et l'une d'elles découvre que le vieux monsieur qui les a aidées cache dans sa remise un très lourd secret), est toujours menée de main de maître. L'épure de l'intrigue (en se concentrant sur le noir des hommes, sans mettre en scène des monstres lovecraftiens ou des nazis, mais autour du monde de l'édition, de l'élite parisienne de la culture) conserve toute sa force venimeuse, pour un écrivain qui a créé un univers impressionnant et une œuvre singulière en quelques années.

Citation

Quand j'étais gamine, ce vide me fascinait et m'horrifiait à la fois. Je me demandais dans quel état finirait mon corps si je chutais, je m'amusais à y jeter des figurines ou des poupées et à compter le temps qu'il leur fallait pour s'écraser en bas. Une fois, j'ai même failli assommer la femme de ménage.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 16 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page