La Mariée de corail

Nous, on est les bons, pas vrai Carlos ? a-t-il fait, ironique. Et les méchants, ce sont ceux qui ont flingué ce quidam et le fils Belasco. Seulement, le fils Belasco, il a refait surface parce que ce sont des brêles : ils ne l'avaient pas assez lesté. Or, celui-ci, ils l'avaient enterré, tu saisis ? Ça veut dire que quelqu'un l'a déterré pour qu'on le retrouve. Autrement dit, il y a peut-être bien des méchants plus méchants que les méchants qui se donnent la peine de déterrer des cadavres pour foutre encore plus le bordel.
Aníbal Malvar - Comme un blues
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Mariée de corail

Ethnologique - Assassinat - Maritime MAJ jeudi 31 août 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Roxanne Bouchard
La Tour-d'Aigue : L'Aube, août 2023
456 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8159-4976-7
Coll. "Noire"

Se marier avec la mer pour l'éternité

Avec Roxanne Bouchard, nous continuons nos périples en Gaspésie où a été envoyé le policier Joaquin Morales. Il a compris à présent que sa femme risque bien de ne pas le rejoindre et il essaie de refaire sa vie. Son fils, âgé d'une trentaine d'années, est lui aussi dans une situation sentimentale compliquée avec une fiancée qui s'éloigne de lui. Il est restaurateur et décide donc de venir en Gaspésie, officiellement pour chercher de nouvelles recettes. En contrepartie, le policier trouve difficile de jongler entre la consolation de son fils et sa nouvelle enquête. En effet, une femme est portée disparue. Après avoir fêté ses dix ans de mariage avec son mari et tandis que ce dernier cuvait son alcool, elle serait partie en mer sur bateau de pêche et serait tombée à l'eau. Lorsqu'on redécouvrira le corps, les données changeront car on se rendra compte qu'elle était attachée à ses casiers de homards, ceux-ci mis en équilibre instable afin que le bateau parte à la mer et qu'elle tombe en cours de route. Les suspects de ce drame sont nombreux, presque autant que les alibis. Le policier doit aussi composer avec des adjoints qui ne comprennent pas extrêmement ses méthodes, tandis que le fils se console sans doute un peu rapidement entre les bras d'une jeune femme.

Dans ce deuxième volet d'une série autour d'un policier atypique, Roxanne Bouchard continue de prendre un certain plaisir à dépeindre les lieux et le monde de la pêche, dans une région un peu "sauvage" du Canada. Les rapports entre les habitants, les difficultés à vivre de son travail, les impossibilités de tisser des liens sentimentaux facilement, l'incommunicabilité des êtres compliquent constamment une enquête de forme classique. L'auteure se permet même de la décrire en ouverture, ce qui donne au lecteur une longueur d'avance par rapport aux différents policiers qui vont la mener. Elle procède sans doute ainsi parce que la résolution qui prendra son temps est l'occasion de divaguer, de suivre des chemins de traverse, d'arrêter le temps pour décrire les relations des gens, les haines qui naissent dans un milieu assez fermé, des êtres qui peu à peu au contact des autres comprennent leurs erreurs, même s'il leur est difficile de changer. C'est cette description intelligente, plus que l'enquête en elle-même, qui intéressera le lecteur de romans noirs. Et c'est déjà bien suffisant pour être noté !

Citation

Le bruit mouillé qui réveille Angel Roberts, c'est celui de l'eau qui se déchire sous le poids d'une cage qui tombe. C'est une trappe à homards, elle en est certaine : elle a entendu des milliers de fois l'éclat de la mer qui se fend et se referme sur le piège, ce son chuintant comparable à celui d'une voile qu'on met en lambeaux.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 16 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page