Immortel

Il en avait tiré la certitude qu'un cadavre était le résultat d'une maladie, dont chaque détail, de la position aux blessures, constituait un symptôme. Identifier la maladie, c'était comprendre le mal qui avait saisi le criminel au moment des faits.
Maxime Chattam - Léviatemps
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Immortel

Scientifique - Complot - Attentat MAJ lundi 28 août 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,7 €

José Rodrigues dos Santos
Imortal - 2019
Traduit du portugais par Adelino Pereira
Paris : Pocket, octobre 2021
654 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-266-31628-6

Une leçon d'éthique et de science

L'historien Tomas Noronha est un héros récurrent de romans de José Rodrigues dos Santos. Au début de cette nouvelle intrigue, alors qu'il se prépare à faire une conférence, il est contacté par un agent de la DARPA, une puissante agence scientifique secrète américaine. Ce dernier aimerait que Tomas Noronha l'aide : l'historien est en effet le seul Occidental à avoir eu des contacts avec Yao Bai, un scientifique chinois de première force, Yao Bai, dont le fils a vécu une aventure avec lui dans l'espace. Tomas Noronha n'a pas de nouvelles du savant mais, visiblement, celui-ci après une conférence où il a dévoilé des secrets sur ses recherches a disparu. Il a sans doute été mis au secret par les services secrets chinois afin de poursuivre un projet d'importance. L'agent américain dispense alors des informations : le savant chinois serait impliqué dans un projet de développement humain sans précédent sur fond de modifications génétiques à savoir transformer l'homme en surhomme connecté au réseau, disposant de tout le savoir d'Internet. Cette évolution, n'en déplaise aux amish de tout poil, est inéluctable. Reste juste à savoir quelle sera la première puissance à la réalise. Par un hasard taquin, l'historien reçoit un message sibyllin du professeur chinois. Des informations surprenantes arrivent : le savant serait mort mais les images semblent montrer qu'il aurait peut-être simplement migré dans les systèmes informatiques. Des événements étranges commencent également à arriver : des agences scientifiques sont détruites, des gens meurent bizarrement et voilà que Noronha est attaqué part des objets du quotidien (heureusement il venait d'enfiler une combinaison pour améliorer ses pouvoirs qu'est en train de tester en contrepartie un savant américain). Qui peut bien être derrière ce complot ?

Le romancier José Rodrigues dos Santos est un journaliste bien connu au Portugal. Nul doute qu'il sait lire des articles et des livres sur le sujet, qu'il accumule une documentation avant d'écrire (ou alors il bénéficie d'adjoints de qualité) et qu'il les reconstruit dans des dialogues qui s'apparentent à un essai socratique. Toujours est-il que la première moitié délivre de nombreuses informations sur les sciences, sur le transhumanisme, sur l'intelligence artificielle et la singularité, entrecoupées de chapitres très courts qui mettent en scène le professeur chinois. Puis l'intrigue s'accélère un peu avec les tentatives de tuer Tomas Noronha et sa riposte, le tout entrecoupé d'explications et de reprises d'informations sur les mêmes sujets que précédemment. L'auteur manie si bien les informations que l'on n'arrive pas forcément à savoir dans quel camp il se situe et le discours final réussit même à célébrer les deux hypothèses contradictoires en même temps. Si l'on cherche un récit léger, des informations exactes et une description effroyable (mais sans doute réaliste) de la Chine actuelle, ce roman peut intéresser. Mais il n'en reste pas moins qu'il s'apparente plus à un essai de vulgarisation, parsemé de scènes d'action qu'à l'inverse. Le travail de Dos Santos permet cependant de lire tout ça sans déplaisir et ses informations sont moins indigestes que, par exemple, les pages copiées/collées d'encyclopédie que l'on trouve parfois chez Jules Verne.

Citation

Les yeux du colonel étaient froids et ses lunettes rondes semblaient les rétrécir encore un peu plus, les rendant anormalement petits. C'étaient les yeux petits et froids d'un homme calculateur.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 28 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page