Mort à vie

Ferme ton cuir, et liquide ta mauresque/pour un peu, gamine, t'es la fiancée du faucon maltais, d'après Patrick Eudeline in L'Aventure punk.
Pierre Mikaïloff - Tournée d'adieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 15 juillet

Contenu

Roman - Noir

Mort à vie

Social - Prison - Trafic MAJ lundi 28 août 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Cédric Cham
Paris : Jigal, septembre 2020
320 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-37722-110-3
Coll. "Polar"

In et out

Lukas est le frère ainé. Depuis qu'il a dérobé sa fiancée à son frère cadet, il se sent en dette avec lui. Lorsque ce dernier lui emprunte sa camionnette et renverse un enfant, Lukas accepte de prendre sa place car il travaille et a un casier judiciaire vierge, ce que son petit frère ne peut pas revendiquer. Arrêté pour homicide involontaire, il va voir les charges être requalifiées quand le garçon fauché meurt. Tandis que Lukas entame une vie en cellule, avec ses côtés sombres, le frère, Eddy, continue à mener sa vie, s'enamourache d'une jeune étudiante qui ne sait pas qu'elle vient de rencontrer un petit dealer, prompt à s'enflammer et à voler ses propres patrons. En parallèle, d'autres personnes vont croiser la route des deux frères : des détenus, qui parfois aident parfois enfoncent Lukas, un policier qui doute beaucoup, les parents de l'enfant mort qui n'arrivent pas à faire leur deuil.

Même si le roman de Cédric Cham est principalement centré sur l'itinéraire de Lukas, les autres personnages ont droit à plusieurs chapitres mettant en valeur leurs parcours personnels. Comme nous sommes dans un roman noir, le récit est tragique et les personnages ne peuvent se sortir de leur déterminisme et de leur trajectoire tracée. En utilisant les passages obligés du texte se passant en prison (avec son lot de petites frappes, de passe-droits, de violence entre détenus ou avec les gardiens), le récit montre que, quand la vie s'en mêle, être en prison ou à l'extérieur, chacun est "libre" de construire ses propres barreaux et sa propre cellule, chacun s'enfermant dans son monde. Mort à vie, dont le titre fait référence de loin à Mort à crédit, enferme les personnages, là aussi, dans la noirceur et les ténèbres, dans cet enfer quotidien que nous fabriquons, que nous encadrons par nos soucis moraux ou éthiques, chaque acteur du drame n'étant pas une marionnette mais un être humain, pris dans ses contradictions, dans une vie qui râpe et broie, aussi fort dans le monde normal que dans le monde carcéral. Quant à Cédric Cham, il confirme ainsi tout le bien que l'on pensait depuis ses premiers écrits (à vif).

Citation

Ses jambes et ses bras sont secoués de tremblements. Sa gorge gargouille, mâche un dernier râle. La partie intacte de son visage, sous les projections de sang, affiche une expression qu'il n'a pas affichée depuis longtemps. Benjamin Trennel semble paisible. Enfin.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 28 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page