Madame Victoria

1600 euros nets par mois pour traquer des types qui gagnaient encore moins de sous : des endettés, des surendettés, des sous-endettés et même parfois des gens qui n'ont aucune dette. Des homonymes, poursuivis par erreur. Ceux-là, on ne les rate pas, car c'est toujours vexant, dans la vie de bureau, de faire des erreurs.
François Marchand - Nager dans les dollars
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Noir

Madame Victoria

Social - Énigme - Médical MAJ lundi 18 septembre 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Catherine Leroux
Paris : Asphalte, septembre 2023
224 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-36533-126-5
Coll. "Fictions"

Regarder autrement

À Montréal, aux abords de l'hôpital Royal Victoria, se trouve un petit bois. Est-ce un lieu de repos pour les patients en convalescence ? Toujours est-il que c'est dans ce bois que Clément, à l'été 2001, vient de découvrir un squelette, le squelette d'une femme. Le corps est sans doute là depuis quelques années et il n'y a aucun moyen de l'identifier. Dans l'attente de son identification, le corps est baptisé "Madame Victoria". Des annonces sont passées. On enquête sur les malades qui auraient fui l'hôpital et n'auraient plus donné signe de vie mais tout ça ne donne absolument rien. Catherine Leroux évoque alors dans une suite de chapitres successifs différents portraits de femmes (y compris une venue du futur) qui montrent des parcours, le plus souvent abimés par la vie ou par une société violente, chacun de ces portraits se terminant justement par la personne arrivant en danger du côté des bosquets de l'hôpital.

Il est assez difficile de résumer ce roman qui n'est pas, vous l'aurez saisi, un polar stricto sensu. Même s'il s'ouvre sur une "scène de crime", la question qui va vite se poser est de savoir si nous ne sommes pas tous potentiellement des assassins - au détriment de la première qui pourrait se résumer à savoir si ce crime est l'œuvre d'un assassin. Récit féministe qui raconte de l'intérieur les violences faites aux femmes, quelles que soient la condition, la race ou l'origine, Madame Victoria décrit, sans concession, mais sans manichéisme ni pathos des situations du quotidien qui font que le monde n'est pas fait pour accueillir sereinement l'ensemble de l'humanité. Pour éviter une suite de vignettes qui feraient misérabilistes, l'auteure reprend parfois le fil d'une enquête forcément vaine car qui se soucie réellement des invisibles ? Des personnages secondaires, dont un mystérieux Eon, changent par instants la perspective, créent un effet de miroir, de retour au réel, décalent l'intrigue. L'ensemble est sur une distance courte, impressionnant de maîtrise narrative, forçant le lecteur à rester attentif, à ce qui n'est pas mû par une enquête forte mais par des destins à la fois exceptionnels et récurrents, comme pour replacer l'humain au cœur de notre vision. Pour les amateurs puristes de littérature policière, nous sommes là cependant dans le genre, mais dans une écriture qui raconterait le point de vue des victimes et non pas celui de l'assassin ou du policier. Une belle découverte !

Citation

Elle serre sa robe de chambre autour de ses côtes comme pour réchauffer le paysage, pour se conforter dans le sentiment d'être à l'abri de tout. Dehors est dehors. Dedans est un nid, un nœud, l'axe de la terre.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 29 août 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page