Nous sommes la nuit

Dans la baie, la pluie et le vent hurlaient. Des éclairs poignardaient la terre la nuit où Jim Europe avait prévue de faire vibrer le sol et crever le plafond de Mechanics Hall. Mais Herbert Wright, un batteur cinglé au tempérament explosif, sortit une lame juste parce que Jim l'avait regardé en fronçant les sourcils et lui taillada le cou.
Joseph H. Lewis & Gary Kelley - Guerriers de l'enfer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 juin

Contenu

Roman - Policier

Nous sommes la nuit

Ethnologique - Assassinat - Artistique MAJ jeudi 14 septembre 2023

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Gwenael Le Guellec
Paris : Nouveaux auteurs, juin 2023
500 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8195-0744-4

Nippon ni mauvais

Ayant quitté sa ville natale de Brest, Yoran Rasko, le photographe atteint d'achromatopsie, une maladie rare le condamnant à ne pas distinguer les couleurs, exerce désormais son art au Japon après s'être posé un temps aux Pays-Bas. Mais sur le site où il dépose ses photos pour d'éventuels acheteurs de tirages, il trouve un jour le portrait d'un homme mort. Plus précisément assassiné selon un rituel fétichiste complexe : le corps est peint en blanc, comme s'il avait subi une purification, on a disposé autour de lui des fleurs d'amaryllis du Japon, évoquant la mémoire, et il tient dans la main un wakizashi, l'arme avec laquelle les samouraïs se donnaient la mort pour éviter le déshonneur. Un objet devenu très rare... Pourquoi prendre toute cette peine ? Mais ce n'est que le début : menant l'enquête, il va se frotter à un collectif artistique surnommés les "Tueurs aux estampes". Mais leur but final n'est-il vraiment qu'artistique ? Pour s'en sortir, Yoran Rasko va devoir faire appel à une vieille connaissance, le policier Gilbert Le Bris...

Troisième livre de la saga globe-trotter consacrée à Yoran Rasko, cet opus tire un maximum de son décor japonais, toujours exotique et fascinant, à travers un foisonnement de détails qui ne peuvent tous provenir d'une fréquentation assidue des fiches Wikipédia... Sinon : des meurtres mystérieux et ritualisés, une enquête internationale... On n'innove guère sur le schéma du thriller industriel. L'ennui, c'est qu'en refusant d'utiliser les grosses ficelles du genre, si le roman reste intéressant du début à la fin, en bonne partie grâce à ses décors et son personnage inhabituel jouant pourtant le rôle classique du détective amateur (apparemment, le tout se déroule dans un univers où la police n'existe pas ou si peu), il manque tout de même de suspense et on abuse un peu des citations de pop-culture, comme ces films actuels truffés de références lourdingues pour que les créateurs se croient au top de la cool. Quant au final, le mobile s'avère assez bateau et introduit des éléments qui n'ont pas été exposés précédemment. Peut mieux faire, vu la faconde d'auteur populaire (au sens noble du terme) dont fait preuve l'auteur...

Citation

Sa nouvelle vie au Japon lui offrait d'autres avantages, le premier d'entre eux étant la totale liberté dont il jouissait afin de pouvoir exprimer pleinement son art autant que sa passion : la photographie en milieu urbain. Son positionnement en tant que professionnel de la discipline lui octroyait par ailleurs un statut favorisant les rencontres et les échanges avec les autochtones et, parfois aussi, avec des voyageurs étrangers de passage. Une révolution pour l'introverti qu'il était.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 14 septembre 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page