Mourez jeunesses

Lisa ne parle pas du contenu du colis qui lui est destiné, ni de celui reçu au sein des bureaux de police, mais elle ne peut faire autrement que de lui confirmer l'enlèvement de son mari.
Edmond de Roquebrun - Avril sanglant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

Mourez jeunesses

Ésotérique - Disparition - Prise d'otage MAJ jeudi 02 novembre 2023

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Christian Casoni
Marseille : Le Mot et le reste, mai 2023
314 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-38431-136-1
Coll. "Littératures"

Le cinquième est dément

En l'an de grâce 2000... Le commandant de police Victor Maniabosco est mis à pied et sujet d'une enquête de l'IGPN. C'est alors qu'une ancienne affaire se rappelle à ses bons services : celle d'un Américain dément du nom de Joseph Hagenlocker qui, en 1981, avait pris en otage une station de radio en menaçant de faire sauter le bâtiment. Mais après sa sortie d'un asile de l'Oklahoma, Hagenlocker est réapparu dans l'affaire d'un autre attentat commis en France, aux forges Fourchaume. Une entreprise appartenant à Frédéric Mayer, reconverti depuis dans la finance. C'est alors que les deux filles du banquier sont enlevées contre rançon, probablement par Hagenlocker, qu'il a bien connu dans sa jeunesse, lorsqu'il vivait au Bénin... Bénin d'où il trafiquait divers objets plus ou moins liés au vaudou pour la jeunesse des campus américains. Puis Mayer est assassiné à sa remise de rançon, vite suivi par Martine Roques, l'animatrice de la radio que Hagenlocker avait terrorisé en 1980...

Un polar d'enquête assez traditionnel, suivant la mode actuelle (ou est-ce juste le zeitgeist ?) qui fait que beaucoup d'auteurs s'intéressent à la Françafrique et à ses magouilles. Le tout majoritairement en dialogues, toujours selon la mode actuelle. Du bon ? Oui et non : si l'intrigue au point de départ plutôt original est très complexe, ce qui manque c'est la rigueur typique des meilleurs auteurs qui fait que l'on sait constamment où on en est dans l'intrigue par une gestion millimétrée des informations. Là, il règne quand même un léger flou artistique sur cette enquête mêlant tout de même trois continents sur vingt ans, le vaudou et un chanteur de blues, et les moyens de relier un point A à un point B ne sont pas toujours très clairs (et la façon dont le personnage principal s'intéresse soudain à une vieille affaire résolue, puisque le coupable a été arrêté, n'est guère justifiée que par les besoins de l'intrigue). Ce n'est pas que Christian Casoni manque de talent, loin de là, mais si les articulations du récit sont claires dans sa tête, elles ne le sont pas toujours pour le lecteur. La dure loi du genre...

Citation

Il y a finalement beaucoup de paramètres dans cette histoire. De la magie, des idées fixes, du pognon comme s'il en pleuvait, un ambassadeur supplicié, beaucoup de morts, un Sagittaire et une belle Chrysler verte abandonnée dans un parking. Mais il y a surtout un énorme tas de pognon.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 02 novembre 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page