La Bête des Vosges

À ce moment de l'enquête, Payne, Bell, Goeden et Nelson travaillent tous vingt heures par jour sans prendre de pause. Ils sont épuisés, les nerfs à vif. Dès qu'ils rentrent chez eux le soir, ils allument leur ordinateur et continuent leurs recherches.
Maureen Callahan - American predator
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

La Bête des Vosges

Fantastique - Énigme - Rural MAJ mercredi 08 novembre 2023

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Danielle Thiéry & Marc Welinski
Paris : Lajouanie, septembre 2023
400 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-37047-235-9
Coll. "Roman policier, mais pas que"

Meurtres à...

Lorsqu'un notable des Vosges, Damien Kermeur, est terrifié par un être monstrueux, il fait renaître ce fait divers surnommé la Bête des Vosges quand, dans les années 1970, un animal que nul n'a jamais vu avait massacré des pièces de bétail. En dépit des battues, il s'était avéré insaisissable et le mystère reste encore entier. Sauf, qu'aujourd'hui, cette bête humanoïde est bien réelle et tue, apparemment à coups de griffes... La zoologue Mélisande Gendot, spécialiste réputée des primates, s'intéresse à cette affaire : si la bête est effectivement un grand singe, elle ne peut survivre seule en forêt. Il lui faudrait donc un complice humain... De plus, les blessures laissées sur les corps, soit trois griffes, ne correspondent à aucun primate connu, d'autant que la bête ne laisse pas la moindre trace derrière elle. En revanche, la description qu'en ont fait les témoins ressemble étonnamment à la représentation qu'en avait fait un ouvrier d'une cristallerie locale sur une coupe... remontant au XIXe siècle ! Gendot est vite convaincue que les apparitions de la Bête sont parfaitement indépendantes des crimes. Et pourtant, les victimes n'ont a priori aucun point commun...

"Policier, mais pas que...", martèle la profession de foi des sympathiques éditions Lajouanie, éditions qui se sont vite forgé une place dans le genre. En effet, on est plutôt dans le roman populaire au sens noble du terme (faut-il le préciser ?), à une époque où, après Double crime dans la rue Morgue, les bêtes tueuses où les assassins déguisés en monstres ont pullulé pour notre plus grand plaisir. Ce roman se situe à la fois dans la tradition du polar régional (mais pas régionaliste) ET du récit de monstre avec ses scènes à suspense traditionnelles accompagnées de la métaphore plus actuelle sur "Qui sont les monstres ?". Si on accepte un élément fantastique ténu, avec son flic local apparié à une spécialiste venue de la ville, et ses personnages emblématiques dont les notables locaux (traités sans la condescendance habituelle), on serait presque dans un épisode de l'interminable série télévisée des "Meurtres à..." si ce n'était la faconde des auteurs digne des meilleurs feuilletonistes et leurs personnages nombreux mais bien sentis. Roman populaire, disions-nous ? On y revient...

Citation

À voir la foule, il était évident que beaucoup de gens, moins proches du marquis, étaient venus aussi, attirés par le mystère qui planait au-dessus de cette mort et par la frénésie médiatique qui s'était emparée de la région. En quelques jours, les Vosges étaient devenues The place to be, le lieu où l'on se photographierait pour parader en bonne place sur Facebook ou Instagram.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 08 novembre 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page