Enfouis

Quand son cœur cessa de battre, un mouvement réflexe de son coude provoqua le petit remous imperceptible dont il avait rêvé tant de fois alors qu'il se voyait englouti sous l'ombre apaisante des saules pleureurs qui bordaient le lac.
Natacha Calestrémé - Les Racines du sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 juillet

Contenu

Roman - Policier

Enfouis

Énigme - Braquage/Cambriolage - Assassinat MAJ lundi 13 novembre 2023

Note accordée au livre: 1 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Lynda La Plante
Buried - 2020
Traduit de l'anglais par Sebastian Danchin
Paris : Archipel, juin 2023
400 p. ; 23 x 12 cm
ISBN 978-2-8098-4690-4
Coll. "Suspense"

Braquage d'intrigue

1994. Plusieurs ex-taulardes sont réunies pour fêter la sortie de prison de Dolly Rawlins au domaine de La grange. De nos jours, le policier Jack Warr, qui vient de s'installer à Londres, est appelé sur les lieux d'un incendie. Ce qui n'est pas dans ses attributions, sauf que les flammes ont abattu un mur, dévoilant un cadavre calciné et des paquets de billets de banque. Or il y a bien longtemps, en 1995, le braquage d'un train non loin de là a laissé les coupables repartir avec la coquette somme de vingt-sept millions de livres. Ni les criminels, ni l'argent n'ont été depuis retrouvés... Il apparaît que le cadavre calciné a définitivement été assassiné d'un coup sur la tête. La propriétaire du Rose Cottage, Norma Walker, est morte récemment d'un cancer. Elle avait pour voisine une certaine Dolly Rawlins, qui a été assassinée par Ester Freeman, laquelle a écopé de quatorze ans de prison. Ester était la directrice de la Grange, un bordel notoire. Or Dolly avait financé ce lieu et voulait en faire un orphelinat (!) Plusieurs femmes y étaient liées, y compris Angela Dunn dont le fils Jimmy est devenu un coureur automobile réputé avant de disparaître. Et la piste mène à diverses figures de la pègre londonienne de jadis...

Lynda LaPlante fait partie du paysage du polar anglais depuis qu'elle a écrit une trilogie (inédite chez nous) consacrée à... Dolly Rawlins. La boucle est maintenant bouclée. Comme elle a désormais l'indispensable caution télévisuelle, elle est désormais intouchable. Inutile de dire qu'il est évident que ce roman témoigne de la toute aussi indispensable sujétion à la moulinette télévisuelle : dès le départ, on est bombardé de personnages au point qu'on a du mal à s'y retrouver, d'épisodes peu clairs et d'une narration brouillonne ponctuée d'épisode-Ikéa1 (plusieurs dizaines de pages sur la recherche d'un faussaire qui ne débouche sur rien, un faux suspect qui sort de l'intrigue comme il y est entré...), le tout avec une écriture relâchée que la traduction améliorerait plutôt. Comme souvent avec l'auteure, le tout ne brille pas par sa crédibilité : les mobiles de certains personnages sont cousus de fil blanc et on voit mal pourquoi prendre la peine de voler une fortune pour la cacher pendant des décennies. L'auteure s'amuse à faire une mosaïque de personnages de ses romans précédents, mais à moins d'avoir fait une thèse sur son œuvre, cela passe au-dessus de la tête du lecteur lambda. Le personnage principal, prêt pour une nouvelle série, relève du Détective a Problèmes cher à Michel Lebrun (son père adoptif se meurt d'un cancer, il recherche son père biologique, il a une femme et un enfant qui ne sont là que pour la concession à la NORME...). Il est au départ lassé de son métier, puis se transforme en crack aux intuitions fulgurantes puis, au final, sans trop déflorer, découvre qu'il est mélange de policier et de criminel, ce qui lui donne une prédisposition génétique à devenir un super flic (Pardon ????) ! Ce qui ne l'empêche pas d'accepter sans sourciller ce qui relève de corruption pure et simple, mais n'est nullement remis en question. Bientôt sur Netflix ?

1. Qui ne servent qu'à meubler...

Citation

Le paquebot, plus grand que l'immeuble où vivaient Jack et Maggie, était plus large que l'autoroute M25, un condensé flottant de Las Vegas et de Floride. Ses parents allaient adorer. Il les imagina en train de prendre du champagne au petit déjeuner, de perdre leur argent au casino, de s'empiffrer aux repas.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 novembre 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page