Le Nom de la Rose. Livre premier

Les flics avaient mis la main sur Boa. Ils n'allaient sûrement pas parler de la pluie et du beau temps avec lui.
Janis Otsiémi - African Tabloid
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 28 février

Contenu

Roman - Policier

Le Nom de la Rose. Livre premier

Historique - Huis-clos - Religieux MAJ jeudi 23 novembre 2023

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,5 €

Milo Manara (scénario & dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Umberto Eco
Il nome della rosa - 2023
Simona Manara (coloriste)
Aurore Schmid (adaptation graphique)
Traduit de l'italien par Jean-Noël Schifano
Grenoble : Glénat, septembre 2023
72 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-344-04975-4
Coll. "24X32"

Enquête abbatiale inquisitrice

Adapter en bande dessinée le très dense et érudit roman Le Nom de la Rose, d'Umberto Eco, tient de la gageure. Mais son compère italien Milo Manara s'en sort très bien dans ce premier volet qui relate au XIVe siècle l'arrivée de Guillaume de Baskerville et de son élève Adso dans une abbaye bénédictine en plein mois de novembre. Abbaye tenu par un abbé qui s'oppose au pape hérétique et qui va receler bien des secrets et des dangers. Milo Manara réussit à s'émanciper, ce qui n'est pas facile, de l'imagerie qu'a conféré le film de Jean-Jacques Annaud à l'intrigue savamment distillée par Umberto Eco. Les deux hommes de foi se retrouvent dans une enceinte fortifiée, à l'abri des regards, avec une hostellerie immense et une bibliothèque à l'identique. Mais le corps d'un moine retrouvé tête plongée dans une jarre non loin d'une tête de porc va être le début d'une enquête épineuse. Il s'avère très vite que cet homme, Venantius de Salvemec, était déjà mort avant que d'être plongé dans cette jarre. Et, irrésistiblement, la piste ramène à la bibliothèque où les moines copistes s'affairent. Une bibliothèque avec une porte secrète, tenue de main de fer par un archiviste inébranlable. Milo Manara épouse l'intrigue concoctée par Umberto Eco. Son scénario est au cordeau et digne du magnifique roman qui est à la fois érudit, historique, ésotérique et un hommage aux mauvais genres. Ses bulles sont très fournies, très denses, très lettrées, mais jamais bavardes. Son dessin est minutieux. On sent l'apport de la recherche historique. Le dessinateur s'amuse avec des cases gothiques et des passages secrets qui s'ouvrent quand on plante ses doigts dans les orbites de crâne. Ses bâtiments sont immenses et vertigineux. L'abbaye est ressuscitée dans toute sa splendeur. Certaines cases ressemblent à des enluminures alors que d'autres s'apparentent à un imaginaire sacré collectif. Mais sous la plume de Manara, le Diable et les tentations ne sont pas loin. Il est omniprésent sous toutes ses représentations ou par ses conséquences. On attend avec impatience de savoir comment il a dessiné LA scène charnelle du roman, celle entre Adso et une jeune paysanne. On se rappelle que Manara est un maître de la bande dessinée érotique, que c'est l'auteur du Déclic. Qu'à côté d'Hugo Pratt, il a créé des personnages féminins troublants. La longue ébauche de la scène, en toute fin de volume, nous laisse forcément sur notre faim. Mais Milo Manara nous donne rendez-vous dans un second livre, qui démarrera de toute évidence très fort. L'attente risque d'être longue...

Illustration intérieure


Citation

Dur métier, celui d'inquisiteur : il faut tanner les plus faibles au moment de leur plus grande faiblesse.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 23 novembre 2023
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page