Les Cinq cents diables

Parfois les territoires se chevauchent, telles des plaques tectoniques, et ça laisse des morts sur le carreau. Et du vomi de policier écœuré autour
Jan Thirion - Inconsolables sorcières
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 avril

Contenu

Nouvelle - Noir

Les Cinq cents diables

Anticipation - Psychologique - Social MAJ mardi 13 février 2024

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Gilles Vidal
Rives-en-Seine : La Déviation, janvier 2024
242 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 979-1-096-37359-8

Des nouvelles de Gilles Vidal

Le premier récit de ce nouveau recueil de Gilles Vidal s'ouvre sur un narrateur, acteur de son état, qui nous parle des personnages qu'il incarne, voulant dissocier l'être bon qu'il est fondamentalement des rôles qu'il joue. Mais la suite pourra plus prêter à interprétation : est-il vraiment aussi généreux qu'il le prétend ? Il semble au minimum être un Don Juan insatiable, multipliant les conquêtes, alors qu'il prétend conserver tout son amour pour la femme de sa vie, une femme qui arrivera à mi-texte avec un besoin de remettre les choses en place. À moins qu'il ne soit bien sûr qu'un fanfaron qui rêve et fantasme plus qu'il n'accomplit. Réaliste au début, la novella semble en effet dériver lentement vers l'onirique, dans une écriture poétique et érotique très maîtrisée. Une grosse centaine de pages qui montre toutes les facettes talentueuses de l'auteur. En ce qui concerne les nouvelles qui constituent l'autre moitié du livre, il y a tout d'abord la dernière dont le titre est explicite et renvoie à d'autres textes courts qui parsèment l'œuvre de Gilles Vidal et qui ressemblent à autant de réflexions sur la création, des extraits de carnets de travail, un peu à la manière d'un Cioran, fonctionnant par fulgurances et éclairant ou renvoyant aux nouvelles qui précèdent, comme un apport théorique à celles-ci. La majeure partie de ces nouvelles oscillent entre le noir et la science-fiction : personnages immortels ou au moins à la grande longévité, planètes lointaines, ou futur proche un peu glauque. C'est peut-être la raison pour laquelle les textes sont placés sous le patronage d'une remarque assez pessimiste d'Albert Einstein. Les nouvelles courtes sont comme des petits éclats entre petites joies, petits bonheurs du quotidien, futurs plus ou moins alléchants, révolutions possibles et chutes parfois plus noires. Mais entre le premier texte, la novella plus ancrée dans notre époque, et les autres qui suivent et concentrent des histoires qui parcourent l'œuvre de Gilles Vidal (érotisme, rapports sociaux, cynisme face à une volonté de poétiser, noirceur des rapports humains), ce nouveau recueil est une façon intelligente de picorer ou de dévorer d'un seul tenant, selon l'envie.

NdR - Le recueil se compose des nouvelles suivantes : "Ma vie est tout ce que j'ai", "Un des cinq sens", "Poing nocturne", "C'est pas ça la vraie life", "Toucher le malheur", "Poigne de fer", "Bijou de famille", "La Mort n'est pas pour nous", "Poing levé", "Holgatür", "J'en ris encore", "La Vie éternelle", "Cœur au ventre", "Paloda", "Les Cinq cents diables", "(Tout petit) glossaire d'infinitude".

Citation

En fait, j'étais refroidi par ces deux meurtres et je n'avais plus du tout envie d'acquérir cette maison, même si, ça s'était déjà vu de ma part, je pouvais changer d'avis comme de chemise sur un coup de tête.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 01 février 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page