Le Clan Snæberg

Aussitôt après l'annonce de la nouvelle, les enfants furent mis au lit et les chiens en laisse, les fusils sortis de leurs armoires et les plats à tarte enfournés à cent quatre-vingt degrés.
Nicolas Zeimet - Seuls les vautours
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 29 février

Contenu

Roman - Thriller

Le Clan Snæberg

Social - Huis-clos - Vengeance MAJ lundi 05 février 2024

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,9 €

Eva Björg Ægisdóttir
Pu sero mig ekki - 2021
Traduit de l'islandais par Jean-Christophe Salaün
Paris : La Martinière, janvier 2024
400 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 979-10-401-1697-4
Coll. "Fiction"

Jeu de massacre chez les riches

Les Snæberg forment un riche clan islandais avec une entreprise fondée par le grand-père et reprise aujourd'hui par ses descendants qui s'en occupent ou en vivent tranquillement, se comportant comme les autres fils de riches en jouant les influenceurs sur les réseaux sociaux. Et pour fêter l'anniversaire du patriarche, ils ont privatisé un hôtel où ils doivent tous s'y retrouver. L'ambiance est à rapprocher de Festen, la série de Maria Karlsson Thörnqvist car les nouvelles générations s'ignorent ou se détestent, et surtout il y a bon nombre de squelettes dans les placards de la famille. Au milieu de la soirée, fortement alcoolisée, une jeune femme de la famille quitte l'hôtel et se perd dans une tempête de neige. Certains se lancent à sa recherche et quelqu'un tombera (ou sera poussé) au bord d'une falaise invisible sous la bourrasque. En même temps, un hacker réussit à obtenir des informations d'une des membres de la famille et celle-ci s'inquiète des suites qu'il va donner à sa prise de pouvoir. En parallèle, un autre des membres de la famille, qui pleure son fils mort depuis des années, en apprend plus sur les circonstances exactes de son décès, ce qui complique encore la vie familiale. Et il se trouve que, peut-être, un enfant bâtard d'un autre membre de la famille erre dans l'hôtel et cherche à se venger des Snæberg...

Afin de créer du suspense, le récit de la romancière Eva Björg Ægisdóttir est éclaté : d'une part la soirée qui se déroule avec une tempête de neige et, d'autre part, les actions des différents protagonistes en flashback remontant parfois à des années en arrière. Et puis il y a enfin l'enquête des policiers avec les interrogatoires. L'auteure islandaise omet même volontairement de définir, pour accentuer le suspense, presque jusqu'à la fin, de donner l'identité de la victime, tombée ou poussée. Tout cela fait du roman une sorte de version un peu longue, un peu lente et sans grand intérêt de Festen, où une famille se déchire. Les personnages ressemblent beaucoup à des caricatures et le lecteur accroche peu à une intrigue poussive. Pourront y trouver leur compte les amateurs de huis-clos et les inconditionnels du polar nordique.

Citation

Le froid s'insinue jusque dans la moelle de ses os. Elle a beau resserrer les pans de son manteau et tirer sur sa capuche, le vent semble toujours trouver un nouveau chemin à travers ses vêtements.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 05 février 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page