Du rififi en psychiatrie

Ce n'était pas le plus cruel des geôliers. C'est pourquoi nous lui avons trouvé un surnom plus gentil, presque charmant, le Ravi du Djihad.
Jean-Pierre Perrin - Une guerre sans fin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Éclipse totale
Harry Hole a été exclus de la police, ce qui ne l'empêche pas de couler des jours heureux, bouteille ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 29 février

Contenu

Roman - Policier

Du rififi en psychiatrie

Social - Huis-clos - Médical MAJ jeudi 08 février 2024

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15,9 €

Luce Michel
Paris : Marabout, janvier 2024
272 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-501-17180-9
Coll. "Black lab"

Sang(fou à)lier

Située à la confluence des villages de Sainte-Agathe, Sainte-Lucie et Sainte-Anastasie, la clinique psychiatrique des Trois N'y Touchent est censée offrir tout le confort et les soins nécessaires au prompt rétablissement de ses patients. C'est là qu'Aurore Blancas choisit de faire une cure pour venir à bout de sa dépression, son burn-out, quel que soit le nom que l'on donne à ce qui fait que la machine refuse soudain d'avancer. C'est aussi là que trois patients, Viviane, Yves et Aurore, tous victimes de l'Éducation nationale, se retrouvent dans le coin fumeur qu'ils surnomment l'abribus. Mais la directrice Amélie Bescotte a du mal à faire tourner la boutique : un malade trop vite guéri, c'est un manque à gagner. Mais ce n'est pas tout : la clinique est en émoi lorsqu'un cadavre est découvert. Pis encore, la victime a été empoisonnée... Lorsqu'on en arrive à trois morts, pas de doutes, on a affaire à un tueur en série. Mais quel adepte d'Hannibal Lecter pourrait bien s'acharner sur... des sangliers ? Et à quel moment risque-t-il de s'en prendre aux humains ? Et d'ailleurs, n'est-ce pas déjà fait ? À k-libre, on avait bien aimé Vue mer, le précédent roman de Luce Michel, tout en reconnaissant une erreur d'aiguillage, puisqu'il s'agissait plus de (bonne) littérature générale que de polar. Malheureusement, il en est de même ici, le tout étant présenté comme une "comédie", là où la quatrième de couverture ferait penser à un roman à énig... pardon, cosy mystery (le roman à énigme, c'est vieux et poussiéreux. Collez-lui l'étiquette cosy mystery sur la fesse droite, et c'est parti pour l'achat de la nouvelle tendance qui éloigne de la dépression). On gomme même ici ce qui est censé provoquer l'achat et qui en fait la principale originalité, soit la nature des victimes ! Si, au final, sans déflorer, le tout relève bien du genre, on sent que la vérité est ailleurs : dans le portrait de personnages cabossés par la vie, humains trop humains, faisant se poser l'éternelle question de savoir de quel côté sont les "fous". Des portraits vivants et attachants, peut-être encore plus développés que dans Vue mer, qui sont au cœur du récit. En revanche, si le "produit" est bon, il faudrait peut-être prêter un peu attention à l'étiquette qu'on lui donne, les lecteurs n'aimant guère les tromperies sur la marchandise...

Citation

Elle n'est pas venue ici pour qu'on lui rappelle que la mort est inéluctable. Elle n'est pas venue ici pour être le jouet d'un type qui visiblement déteste le monde animal et probablement tout autant les patients des Trois N'y Touchent. Non, elle est venue pour... dormir. Récupérer. Respirer sur un autre rythme. On ne peut pas dire que ce soit une réussite.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 08 février 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page