Aranéa : la légende de l'Empereur

La lassitude et l'épuisement s'abattent sur elle. Tout est fini. L'avenir est désormais incertain. Il n'y a plus de rails tout tracés, plus de routine, plus de repères. Et plus de peur. Hélène est toute seule.
Nicolas Leclerc - Toujours vivantes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

De neige et de vent
Nous sommes à la frontière entre l'Italie et la France. Dans la montagne, Tordinona, un petit village...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Thriller

Aranéa : la légende de l'Empereur

Historique - Ésotérique - Complot MAJ mercredi 14 février 2024

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Alexandre Murat
Paris : Fleuve, septembre 2022
362 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-15576-3
Coll. "Fleuve noir"

Napoléon Code

Paris, 2018, à la fameuse salle Christie. Lors d'une vente aux enchères acharnée, un aigle en argent ayant appartenu à Napoléon Ier est emporté par un inconnu qui surenchérit au téléphone. Au grand dam du marchand d'art véreux Horacio Del Monte qui compte bien récupérer tous ces aigles de Napoléon, lesquels détiendraient la clé d'un trésor fabuleux. Pour son concurrent, le richissime James Whitmore, l'enjeu est différent. Selon ses recherches, lors de sa campagne d'Égypte, l'Empereur à été contacté par une société secrète, les Neuf Inconnus, détenteurs immémoriaux des savoirs de l'Humanité avec pour mission de les préserver répartis en neuf livres. Or les sept aigles d'argent de Napoléon contiendraient la clé permettant de retrouver l'un de ces livres résumant vingt-deux siècles de savoir humain... un trésor plus précieux que de l'or. Whitmore fait appel à Alex, un historien réputé spécialiste de la période 1780-1830, et Mary (sans nom de famille), agente du FBI section crimes liés à l'art, pour résoudre le mystère...

Les thrillers ésotériques se suivent et se ressemblent... Celui-ci, écrit par un descendant du maréchal d'Empire Murat, se conforme à la lettre au canon posé par Dan Brown (même si le genre existait bien avant) : un historien plus intellectuel que bagarreur (comme David Langdon), une comparse, un mystère à base d'énigmes (au moins, on échappe à la condescendance à l'américaine où un bon Américain résout en deux minutes des secrets ayant mystifié les plus grands experts – étrangers - pendant des siècles tout en traversant dix pays en quatre cents pages minimum sans bouger les oreilles), un méchant caricatural forcément Étranger comme tous ces gens-là... On n'y retrouve pas les longueurs où les approximations des pires usineurs du genre, le tout compense son manque d'originalité flagrant par un certain rythme et introduit même assez finement dans sa trame un événement ayant défrayé la chronique que l'on ne déflorera pas. Les amateurs du genre peuvent y aller !

Citation

Alex et Mary l'écoutaient, bouche bée. Si ce que James venait de raconter était vrai, ils allaient partir à la recherche d'un livre qui pourrait bien changer le monde. C'était vertigineux et profondément excitant.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 14 février 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page