Un lundi de Pentecôte

Van In alluma une cigarette. Il y avait dans les événements récents un certain nombre de hasards qui étaient trop incroyables pour en être véritablement.
Pieter Aspe - Coup de pub
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

Un lundi de Pentecôte

Social - Faits divers - Prétoire MAJ lundi 08 avril 2024

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Patricia Delahaie
Paris : Belfond, mars 2024
368 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-7144-9587-7
Coll. "Noir"

Retour sur un certain pullover rouge

Loïc Peyrat, le personnage du roman, qui s'ouvre avec les pensées qui se déversent de sa tête, révèle ses angoisses. Obnubilé par l'enfance et par la pureté, il se promène dans les quartiers de la ville de Marseille, à la recherche d'une petite fille à la pureté. Mais ses pensées sont malsaines et en cette journée de 1974, il parvient à faire monter dans sa voiture la petite Livia, laissant son jeune frère sur le bord du trottoir. La mère de Livia, qui ne voit plus sa fille depuis la fenêtre de son immeuble s'inquiète. Le mari rentré du travail aussi et l'on fait appel à la police. Pendant ce temps, Loïc Peyrat lutte contre ses démons, a un accident de voiture, parvient à fuir et se cache dans une champignonnière dont il aura du mal à ressortir. La police fait assez vite le lien avec l'enlèvement. Un témoin affirme avoir vu courir le conducteur avec une petite fille dans des fourrés. On retrouve par la suite le cadavre de cette dernière. Arrêté, Loïc Peyrat mais clame son innocence. Louis Malterre, sa mère, est la seule à le croit. Alors, elle engage un célèbre avocat qui espère ainsi devenir encore plus célèbre, tout en confiant l'affaire à Cyrille, sa nouvelle assistante. Mais Loïc Peyrat est-il vraiment coupable&nsp;? Le doute ne doit-il pas profiter à l'accusé ? Un cas bien difficile au milieu des années 1970 alors que les partisans de la peine de mort montent au créneau.

Patricia Delahaie ne s'en cache pas (elle l'évoque dès la préface), mais le roman s'inspire de l'affaire Ranucci, l' un des grands moments judiciaires de la France giscardienne, surtout après la parution du livre de Gilles Perrault Le Pull-over rouge. Un livre qui a fait à l'époque basculer un grand nombre de conscience, mais qui semble aujourd'hui avoir déformé lui aussi la vérité pour démontrer sa propre cause. Avec Un lundi de Pentecôte, l'auteure parvient néanmoins à remettre les faits dans leur contexte et à nous en présenter une version non manichéenne : une relation familiale complexe entre un fils et sa mère, des avocats qui s'opposent pour des questions d'ego, un coupable qui l'est sans doute (mais Patricia Delahaie a le bon goût de ne pas s'appesantir sur la mort de la jeune fille, et elle parvient à en rendre l'horreur sans rien souligner). La description de l'époque, les haines et les prises de position autour de la peine de mort sont rendus avec précision, pour un roman (ou documentaire fictionnel) de qualité classique, construit et raconté de manière sérieuse et intelligente.

Citation

Cyrille s'interrompt en pleine envolée. Elle ne doit pas s'attarder sur le crime. Il faut à peine l'évoquer, le frôler. Le père de l'enfant sera dans la salle. Le pauvre homme pourrait s'effondrer et... détourner l'attention des jurés, qui doivent suivre le fil de sa plaidoirie jusqu'au bout. Elle passera rapidement à la conclusion.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 08 avril 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page