Jackdaw

Faire du renseignement, c'est observer à la jumelle les prodromes d'une guerre mondiale se dérouler comme un banal accident de la route. Faire du renseignement, c'est obtenir d'un homme qu'il dise même ce qu'il ne sait pas.
Maurice G. Dantec - Métacortex
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

Jackdaw

Psychologique - Tueur en série - Énigme MAJ lundi 29 avril 2024

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Daniel Cole
Jackdaw - 2023
Traduit de l'anglais par Magali Duez
Paris : Robert Laffont, mars 2024
350 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-221-27425-5
Coll. "La Bête noire"

Autant en emporte le choucas

Après trois meurtres, il est évident qu'un nouveau tueur en série particulièrement flamboyant ensanglante Londres, celui que la presse appelle 3Jackdaw3, le Choucas, à cause de sa manie de prélever un trophée sur ses scènes de crime. Son modus operandi relève du magicien : sa marque de fabrique est un quintuple coup de griffe et il laisse derrière lui des têtes sans corps... même là où cela semble impossible ! La policière Scarlett Delaney, elle-même fille d'un tueur en série, mène l'enquête, mais l'assassin semble ne laisser aucune trace. C'est alors qu'elle tombe sur Harry Devlin, un détective privé de luxe embauché pour réussir la où la police échoue. Pourra-t-il trouver le pourquoi des meurtres apparemment impossibles commis par le tueur ? Et si ses théories sont correctes, il s'agirait d'UNE tueuse...

Précisons dès le départ que votre humble scripteur est apparemment le seul à n'avoir guère apprécié Ragdoll, qui sentait effectivement son origine de scénario pour la télévision, et ce n'est pas la suite qui l'a convaincu. Il devient de plus en plus évident que plus que du polar, on a affaire à du roman populaire moderne où ces tueurs en série sont des variantes des génies criminels - Fantômas ou Zigomar chers aux feuilletonistes. Et tout comme chez ces derniers, on se soucie peu de vraisemblance. Daniel Cole s'est évidemment inspiré de James Patterson avec ses chapitres courts dynamisant artificiellement une intrigue aux personnages bien trop nombreux avec cette narration heurtée et un rien filandreuse dont l'auteur ne peut se départir. Et que dire de la naïveté de l'héroïne qui prend aussitôt pour argent comptant la théorie voulant qu'il s'agit d'une tueuse sans la moindre preuve ? Au moins, on y ajoute des meurtres impossibles proche du crime en chambre close, ce qui est toujours agréable, et une ou deux scènes prenantes. En revanche, l'éditeur aurait au moins pu préciser qu'il s'agit du premier tome d'une nouvelle série, évitant au lecteur le déplaisir de constater par lui-même que l'intrigue est loin de se conclure, avec pas mal de fils en suspens, si bien qu'elle peut prendre toute sorte de directions. Roman populaire, disons-nous ? Mais jadis, celui-ci se vendait par fascicules bon marché là où aujourd'hui, il se fait payer au prix fort...

Citation

Elle n'était pas à l'aise avec leurs tentatives éhontées de mythifier un fou dangereux et de transformer la douleur des victimes dans la vie réelle; Néanmoins, entre la capacité du tueur à se volatiliser et sa manie de subtiliser des breloques brillantes en guise de trophées, il était difficile de résister à la tentation.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 29 avril 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page