Trois petits caillous noirs

Elle était là, attachée, elle pendait du plafond comme... comme un jambon. Blanche comme un linceul. La bave lui coulait de la bouche…et les yeux... les yeux éteints... Mon Dieu, je ne l'oublierai jamais.
Antonio Manzini - Ombres et poussières
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

Trois petits caillous noirs

Vengeance - Procédure - Domestique MAJ vendredi 03 mai 2024

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Christian Lanza
Favre, avril 2024
320 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-8289-2169-9
Coll. "Thriller"

Vengeance en abyme

Tout commence avec le meurtre en pleine journée d'un vieux professeur, tué à coups de batte de base-ball par quatre individus qui signe leur crime BAVE. Vincent Dreyer, inspecteur de police, venant d'une famille très riche (et qui, au cours du volume, deviendra un homme qui change en respectant sa nouvelle compagne, en déménageant et en finançant des œuvres humanitaires), est chargé de l'enquête. À peine a-t-il commencé ses investigations qu'un deuxième crime survient. Cette fois c'est une comédienne qui a eu autrefois son heure de gloire qui est assassinée, de la même horrible manière. Mais l'enquête piétine car il lui est difficile de faire un lien, surtout s'il s'agit de meurtres commis au hasard, juste contre les "anciens". Un troisième crime contrarie les pistes car il s'agit cette fois d'un jeune homme et le crime est signé BAV... De fait, il s'agit d'un des membres du commando initial qui était tombé sous les yeux de la police, qui avait pris peur et que le chef de la bande a liquidé. Mais quelqu'un a compris qui se cache derrière ces meurtres et entreprend à son tour de les liquider. Son premier cadavre est laissé pour peur avec un petit caillou noir dans la bouche, un caillou sur lequel est écrit RS d'un côté et SR de l'autre. Cela met les enquêteurs sur la piste d'un psychiatre qui a été radié pour avoir harcelé certains de ses patients. Or, il avait été défendu par les deux premières victimes... Dreyer oriente au mieux son enquête, mais comme il se rapproche d'un éventuel coupable, il est à son tour dans le collimateur des tueurs aux battes de base-ball, et ces derniers menacent sa famille.

Voici un roman qui brasse plusieurs intrigues se répondant. D'un côté des jeunes, peut-être inspirés par Orange Mécanique, et qui ont décidé de s'en prendre à des personnes âgées (à moins que tout ça ne cache autre chose), et un vengeur masqué (qui sera découvert dans les dernières pages) qui décide de leur répondre. Au milieu, un policier en proie au doute et qui entend gérer de manière harmonieuse sa nouvelle vie. Le tout, malgré quelques longueurs (mais, après Les Anges noirs, nous sommes ici dans le deuxième volet d'une trilogie, et l'on sait que souvent le volet central est le plus faible du trio) oscille entre une enquête où le policier patauge beaucoup (certes il manque de pistes mais passer de BAVE à BAV quand le mort est un certain Eric pourrait ouvrir facilement des pistes de compréhension) et des éléments sur sa vie privée avec sa nouvelle compagne, les enfants et le père de celle-ci, présentée avec soin et une certaine logique interne. Le roman de Christian Lanza est intéressant mais pas forcément indispensable, sauf pour ceux qui voudraient comprendre les mouvements psychologiques des personnages dans l'attente de la fin du triptyque.

Citation

Dreyer se triturait les méninges. Il avait admis la nécessité de mettre un terme définitif à cette enquête, mais sa piste la plus chaude s'était refroidie. La détresse du Barjot n'était pas feinte, il l'aurait senti. Il se demandait comment se relancer quand son portable sonna.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 03 mai 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page