Vieux kapiten

Rien de tout ça ne pourra ressusciter Amelia et ça risque de te faire péter un câble. Imagine que tu apprennes quelque chose de terriblement flippant sur son compte et celui de ce fameux Woodhouse, mais qui n'a rien à voir avec la cause de sa mort ?
Kimberly McCreight - Amelia
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Noir

Vieux kapiten

Politique - Social - Corruption MAJ lundi 17 juin 2024

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Danü Danquigny
Paris : Gallimard, mars 2024
246 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-304984-1
Coll. "Série noire"

Peter Punk revient

Il s'appelle Ernest "Nesti" Dervishi, vieux kapiten de la Segurimi, les services de sécurités albanais. À cinquante-cinq ans, il cherche peut-être une sorte de rédemption en s'en prenant à Dritan Coaçi, un ancien ami à la tête d'un réseau de trafic de drogue. Le vieux chien fatigué viendra-t-il à bout de l'étalon ? Desmund Sasse, le Peter punk ex-clown, vit toujours à Morclose où il enquête sur la mort de Richard, un ami à lui accusé à tort du meurtre d'un politicien local et retrouvé pendu dans sa cellule. Une mort un peu trop pratique pour être honnête, surtout que sa mère servait de porte-valise entre la pègre locale et un conseiller régional... Son amie Élise Archambault, détective privée, est mise sur la disparition de Joshua par Simon Cachin, son père, un avocat de ses connaissances. Joshua qui travaillait pour une boîte de "sécurité" surtout spécialiste des magouilles en tous genres. À des milliers de kilomètres l'une de l'autre, des trajectoires vont finir par converger...

Retour des personnages de Peter Punk au pays des merveilles, le premier roman de l'auteur, et on y retrouve les mêmes caractéristiques, notamment un ton et un personnage central presque rétro qui rappelle les années 1990, lorsqu'un certain Gabriel Lecouvreur dit le Poulpe emballait la galaxie polar... Un retour en arrière pour une fois roboratif, car ne cédant pas aux sirènes du "c'était mieux avant". On touche là à l'essence même du polar : un fait, une enquête (ou plutôt trois faits et trois enquêtes) bien menés avec un évident sens du rythme et ce petit plus qu'est de traiter d'une histoire ignorée, ici celle de l'Albanie. Un bon roman, tout simplement...

Citation

J'ai été Peter Punk, le clown déglingué, jongleur calamiteux du cirque Guffo. Certains de mes copains sont de toutes les révoltes. Il m'arrive même de fréquenter des gars des blocks. Du genre à venir en manif avec une meuleuse pour scier des lampadaires ou à balancer des boules de pétanque sur les furieux de la BRAV. La boule de pétanque, j'ai toujours trouvé ça mauvais. C'est lourd à trimballer et à lancer, et ça coûte quarante balles les six. Le palet, en revanche, c'est léger, et à cinq mètres, c'est redoutable. Pour vingt-cinq euros, on peut garnir ses poches d'une douzaine de shurikens bretons.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 17 juin 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page