Meurtre dans un jardin indien

Rien de tel qu'un cadavre pour vous faire sentir, disons, décalé.
Craig Johnson - Little Bird
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 mai

Contenu

Roman - Policier

Meurtre dans un jardin indien

Humoristique - Énigme - Vengeance - Assassinat MAJ mardi 11 mai 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Vikas Swarup
The six suspects - 2010
Traduit de l'anglais (Inde) par Roxane Azimi
Paris : Belfond, mai 2010
480 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-4540-7

Actualités

  • 17/02 Édition: Parutions de la semaine - 17 février
    John Le Carré, incontournable ces derniers temps, est cette semaine accessible aux mal-voyants. En sera-t-il de même dans les semaines à venir pour Dashiell Hammett ? Les parutions de la semaine sont en effet phagocytées (sic transit gloria bla bla) par les nouvelles traductions du Faucon maltais et de L'Introuvable, parues l'année dernière en un seul volume dans la collection "Quarto" de Gallimard. Les voici donc chez "Folio policier". Et le moins que l'on puisse dire est que ces deux petits romans-bijoux éclipsent totalement le reste.
    N'hésitez cependant pas à farfouiller dans cette liste :

    Grand formats :
    Négropolis, de Alain Agat (La Manufacture de livres)
    La Voisine, de Jenn Ashworth (Presses de la Cité, "Suspense psychologique")
    Ci-gît mon frère, de G. M. Bon (La Manufacture de livres)
    Blue Jay War, de Fabrice Colin (Sonatine)
    Du rififi chez les les fils de la veuve, de Raphaël Confiant (Caraïbéditions, "Polar")
    La Cabane des pendus, de Gordon Ferris (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Profil de l'assassin, de Christian Jacq (J)
    Retour à la case départ, de Vladimir Kozlov (Moisson rouge)
    La Femme au masque de chair, de Donna Leon (Calmann-Lévy)
    Tue ton patron. 3, Putain d'usine, de Jean-Pierre Levaray (Fetjaine)
    À la folie, de Pascal Marmet (France-Empire)
    Le Dernier contrat, de Olivier Maulin (La Branche, "Vendredi 13")
    La Petite fêlée aux allumettes, de Nadine Monfils (Belfond, "Littérature française")
    La Conjuration des masques, de Jean-Marie Palach (Pavillon noir)
    Le Parc humain, de Christopher Petit (Fayard, "Noir")
    Vengeance sans visage, de Fabrice Pichon (Citron bleu, "Série noire en Franche-Comté")
    Moskova, d'Anne Secret (Atelier in 8, "Polaroïd")
    Level 26. 3, Dark revelations, de Anthony E. Zuicker (Michel Lafon)

    Poche :
    Quai des enfers, d'Ingrid Astier (Folio, "Policier")
    Un grand maître dunkerquois, de Jean-Pierre Bocquet (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    Footing natal, de Martine Festas (Ravet-Anceau, "Polars en Nord")
    La Maison en pain d'épices, de Carin Gerhardsen (10-18, "Domaine policier")
    Le Faucon maltais, de Dashiell Hammett (Folio, "Policier")
    L'Introuvable, de Dashiell Hammett (Folio, "Policier")
    Jungle rouge, de Kent Harrington (Folio, "Policier")
    Le Second fils, de Jonathan Rabb (10-18, "Grands détectives")
    Portobello, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Meurtre dans un jardin indien, de Vikas Swarup (10-18, "Domaine étranger")
    Cache-cache avec le diable, de Patricia Wentworth (10-18, "Grands détectives")

    Grands caractères :br> Tous complices, de Nicci French (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    L'Enfant allemand, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Un traître à notre goût, de John Le Carré (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    L'Île des chasseurs d'oiseaux, de Peter May (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Liens : Quai des enfers |L'Introuvable |L'Enfant allemand |Un traître à notre goût |L'Île des chasseurs d'oiseaux |Ingrid Astier |Nicci French |Dashiell Hammett |Kent Harrington |Camilla Läckberg |John Le Carré |Donna Leon |Peter May |Nadine Monfils |Jonathan Rabb |Ruth Rendell |Anne Secret |Vikas Swarup

  • 18/02 Édition: Parutions de la semaine - 18 février
  • 07/05 Édition: Parutions de la semaine - 7 mai

Tous contre un...

Tous les chemins mènent à Rome dit le proverbe populaire. Eh bien dans ce nouveau roman de Vikas Swarup, ils mènent au Numéro Six, propriété du richissime Vicky Ray, play-boy indien, assassiné pendant l'immense fête célébrant son énième acquittement devant une justice à deux vitesses. La police arrête sur place six des convives, suspectés d'emblée sur les lieux du crime car chacun en possession d'une arme. L'enquête devra définir qui est le ou la coupable, et quel est le mobile du meurtrier.
Le roman commence par la chronique d'un journaliste qui énonce les faits, puis se construit en cinq chapitres : les suspects, les mobiles, les preuves, la solution et enfin l'aveu. Les six suspects sont très différents les uns des autres : le ministre de l'Intérieur de l'Uttar Pradesh, père de la victime ; Shabnam actrice adulée de Bollywood ; Larry Page touriste texan venu en Inde pour se marier ; Eketi l'aborigène des îles Adaman venu récupérer la pierre sacrée, le Shivling, volée à son peuple ; Munna Mobile, voleur des rues, habitant du bidonville et un homme d'affaires possédé – par intermittence – par l'esprit du Mahatma Gandhi.
Ces six existences aux destins très opposés, et malgré tout pleines de ramifications enchevêtrées les unes aux autres, nous sont contées avec beaucoup d'humour et de tendresse. C'est un foisonnement d'événements burlesques ou étranges, de coups bas, d'aventures cocasses. Le cynisme et la violence le disputent à la farce et à l'eau de rose. Les pages se dévorent à grande vitesse avec avidité et un plaisir non dissimulé tant on est happé aussi bien par l'histoire que par le style. Chaque personnage a une narration qui lui est propre. On découvre Shabnam par le biais de son journal intime. Ce sont des communications téléphoniques qui nous révèlent la vie du père de la victime, etc. Derrière la farce, Vikas Swarup dénonce la raison du plus fort face au faible, la culture du paraître face à l'être et la morale de la fable pourrait être : "la vérité est ailleurs".

Citation

Comme dit maman, mieux vaut la fermer au risque de passer pour un imbécile que de l'ouvrir et de balayer le doute.

Rédacteur: Axelle Simon lundi 03 mai 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page