La Onzième plaie

C'était un matin paisible et ensoleillé sur ce tronçon aérien de la ligne et le wagon n'était que modérément plein, mais le businessman avait poussé un hurlement digne d'une dinde blessée, une brèche acoustique béante par laquelle avait jailli toute une palette de peurs primitives.
Christopher Sorrentino - Fugitifs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 mai

Contenu

Roman - Thriller

La Onzième plaie

Disparition - Trafic MAJ vendredi 04 juin 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Aurélien Molas
Paris : Albin Michel, février 2010
412 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-226-19581-4

Actualités

  • 29/08 Prix littéraire: Sélection 2013 du Prix Polar Sud-Ouest/Lire en poche
  • 01/04 Jeux: Avril polar au LdP
  • 07/03 Prix littéraire: Prix des lecteurs du Livre de Poche
  • 03/02 Édition: Parutions de la semaine - 3 février
    Alors que les éditions Zulma continuent à préserver l'œuvre du regretté Pascal Garnier avec la réédition de Nul n'est à l'abri du succès, que Parigramme et Joseph Incardona proposent un Trash circus tendance 7.5, et que Deon Meyer se fend d'une nouvelle aventure de Lemmer qui devient de plus en plus visible à travers les 718 pages de À la trace, les éditions Rivages s'en donnent à cœur joie avec des auteurs comme Jonathan Buckley, Edward Bunker, Marc Boulet et Hugh Ronald Morrieson. Bourgois nous oppose un auteur au nom imprononçable : Kate Colquhoun, mais quand on sait la qualité des fictions proposées par l'éditeur, l'on se dit que l'on peut y aller les yeux fermés si tant est que l'on accepte de débourser le prix revendiqué (25 €). Le reste n'est pas à prendre à la légère. 10-18 sort deux romans historiques pendant que Frédéric Lenormand continue sa voltairisation ; Maurice Leblanc est remis au goût du jour ; Craig Russell et Arno Maneuvrier sont de retour sur les étals. Si, si... on ose la comparaison. Quant à Karin Slaughter, si son dernier roman a le droit à nos honneurs, c'est aussi - mais pas que - parce qu'il défend une juste cause : celle des bibliothèques américaines menacées.
    Comme d'habitude, faites votre choix...

    Grand format :
    Crains le pire, de Linwood Barclay (Belfond, "Noir")
    Casanova et la femme sans visage : le commissaire aux morts étranges, de Olivier Barde-Cabuçon (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Dragon bleu, de Christine Brunet (Le Pierregord, "Encre rouge")
    Contact, de Jonathan Buckley (Rivages, "Littérature étrangère")
    Évasion du couloir et de la mort et autres textes, d'Edward Bunker (Rivages, "Thriller")
    Le Diable sur ses épaules, de Christian Carayon (Les Nouveaux auteurs)
    Le Chapeau de Mr Briggs, de Kate Colquhoun (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")
    La Couleur de la peur, d'Anne de Pasquale (Marabout, "Fiction")
    Le Secret de Dieu, de David Emton (Albin Michel, "Thriller")
    Nul n'est à l'abri du succès, de Pascal Garnier (Zulma, "Littérature française")
    Le Crépuscule des guignols, de Chrysostome Gourio (Baleine)
    Une dangereuse emprise, de Araminta Hall (Belfond, "Grands romans")
    Trash circus, de Joseph Incardona (Parigramme, "Noir 7,5")
    Demain, l'apocalypse ? de Tim Lahaye (Vida)
    Gangrène, de Julia Latynina (Actes sud, "Actes noirs")
    Meurtre dans le boudoir, de Frédéric Lenormand (Jean-Claude Lattès, "Romans historiques")
    Café allongé : roman policé, de Arno Maneuvrier (A Éditorial)
    À la trace, de Deon Meyer (Le Seuil, "Policier")
    La Vallée des disparus, de Bente Porr (L'Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Le Gai savoir à Montfermeil, de Claire Prendki (ADICE)
    Pater Nostra, de Eugene Robinson (Inculte)
    La Ville rouge, de Paolo Roversi (Les Escales, "Les Escales noires")
    Le Baiser de Glasgow, de Craig Russell (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Le Manchon noir, de Jean-Pierre Simoni (Durand-Peyroles)
    Génésis, de Karin Slaughter (Grasset, "Grand format")
    Sombre éclat, de Simon Tolkien (Michel Lafon)
    Une mort absurde, de Laura Wilson (Albin Michel, "Spécial suspense")

    Poche :
    Parti tôt, pris mon chien, de Kate Atkinson (LGF)
    Les Voisins d'à côté, de Linwood Barclay (J'ai lu, "Thriller")
    Seul à savoir, de Patrick Bawen (LGF, "Thriller")
    Contrebandiers, de Marc Boulet (Rivages, "Noirs")
    Le Serpent de feu, de Fabrice Bourland (10-18, "Grands détectives")
    Borderline, de Jonathan Buckley (Rivages, "Bibliothèque étrangère")
    Pompes funèbres à Cabestany, de Pierre Coutant (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments")
    La Prime, de Janet Evanovich (Pocket, "Best")
    Sans laisser de trace, de Joseph Finder (LGF, "Thriller")
    Untraceable, de Laura Griffin (J'ai lu, "Frissons")
    Le Canal des innocentes, de Hervé Huguen (Alain Bargain)
    Le Cercle intérieur, de Mari Jungstedt (LGF, "Policier")
    L'Aiguille creuse, de Maurice Leblanc (Infolio, "Microméga")
    Arsène Lupin, gentleman cambrioleur, de Maurice Leblanc (Infolio, "Microméga")
    Danse avec la neige, de Pat Milesi (Act'polar)
    La Onzième plaie, d'Aurélien Molas (LGF, "Thriller")
    Rendez-vous avec un spectre, de Hugh Ronald Morrieson (Rivages, "Noir")
    Justice dans un paysage de rêve, de Mala Nunn (J'ai lu, "Thriller")
    L'Œil de la lune, anonyme (LGF, "Thriller")
    Requiem pour un gorille ou Vols au-dessus d'un nid de courroux, de Frédéric Ruffian (Les Points sur les i)
    Two for sorrows, de Nicola Upson (10-18, "Grands détectives")

    Grands caractères :
    Hôtel recommandé, de Jean Diwo (Libra diffusio, "Roman")
    La Petite fille de ses rêves, de Donna Leon (Libra diffusio, "Policier")
    L'Énigme des Blancs-Manteaux, de Jean-François Parot (Libra diffusio, "Policier")

    Liens : Seul à savoir |Le Cercle intérieur |Génésis |La Petite fille de ses rêves |Patrick Bauwen |Fabrice Bourland |Christine Brunet |Pascal Garnier |Joseph Incardona |Mari Jungstedt |Hervé Le Corre |Maurice Leblanc |Frédéric Lenormand |Donna Leon |Arno Maneuvrier |Deon Meyer |Aurélien Molas |Jean-François Parot |Marc Boulet

  • 15/11 Librairie: Frédéric Mars et Aurélien Molas
  • 04/12 Prix littéraire: Montigny prime Patrick Graham
  • 17/11 Prix littéraire: Serre-Chevalier dévoile la sélection de sa Plume de glace
  • 17/09 Salon: Hommage à Frédéric Dard à Besançon (25)
  • 11/06 Prix littéraire: Doubles lauriers pour Aurélien Molas
  • 04/05 Site Internet: Interview avaline d'Aurélien Molas

Voyage au bout de l'enfer

Partouzes, sodomies, fellations, le tout sous l'œil de caméras. Des ingrédients qui peuvent rendre un roman excitant. Sauf quand les acteurs sont des enfants. Aurélien Molas s'attaque à un sujet difficile et controversé. La pédophilie et ses trafics de vidéos. Ce qui aurait pu être un livre versant avec facilité dans le voyeurisme, le sordide et le licencieux se révèle être un récit fascinant, qui dévoile sans concessions les perversités les plus abjectes de la nature humaine.
Alors que la France est au bord d'une guerre civile, et que les émeutes se multiplient, des cartons de dvd pédophiles sont découverts sur un cargo. La qualité de fabrication des supports laisse à supposer un trafic de grande envergure. Au même instant, deux jeunes filles se suicident sous un métro. Mais est-ce bien un suicide ? Deux affaires éprouvantes qui vont pousser les différents enquêteurs sur une même piste et à devoir tutoyer les immondices de la pédopornographie. Pas de répit dans ce roman, effroyable course contre la montre pour sauver des enfants de l'horreur. Dans la première partie, l'auteur crache sa rage au travers de phrases courtes, d'une écriture nerveuse dans laquelle filtre une souffrance palpable. Cette partie semble être l'antidote qui permet à Aurélien Molas de se défaire du poison qui l'habite afin d'entamer la seconde partie du roman apaisé, plus serein. Malgré la multiplicité des actions et des personnages, l'ensemble reste fluide et s'appuie sur un vocabulaire riche et varié. Le lecteur est happé, embarqué dans un voyage infernal, où lui comme les protagonistes ne ressortiront pas indemnes. La Onzième plaie est un livre qui dérange. Et c'est tant mieux.


On en parle : L'Indic n°9 |La Tête en noir n°144

Récompenses :
Prix du premier roman policier "Sang pour sang polar" 2010
Prix Raisin Noir du polar 2010
Prix Raisin Noir des lycéens 2010

Nominations :
Prix du Meilleur polar francophone 2010
Prix du roman policier de Serre-Chevalier 2011

Citation

Un homme nu et masqué pénétra dans le champ de la caméra. Les autres enfants furent poussés sur le devant de la scène, toujours filmée en plan fixe, sans coupe.

Rédacteur: Fabien Hérisson mardi 21 août 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page