Les Polarophiles tranquilles nº15

La liberté a un prix, bien sûr. Celui de décider par nous-mêmes sans le confort de suivre des ordres. Celui d'être rejetés par ceux qui pensent que nous sommes des monstres. À nous de leur prouver qu'ils ont tort, ou de les ignorer. À nous de créer un espace de vie qui nous convient. Et à nous de prendre soin des nôtres.
Manon Fargetton - La Nuit des fugitifs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange déchu
Max Temple, célèbre psychologue spécialisé dans le démontage des théories complotistes, vient de mourir. ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 juillet

Contenu

Les Polarophiles tranquilles n°15

Bulletin

MAJ mardi 20 janvier 2009
Visuel de la revue Les Polarophiles tranquilles n°
Pays : France





Prix: Gratuit €
Les Polarophiles tranquilles n°15
Octobre 2009
Parution aléatoire
8 p. : 21.00 x 30.00 cm
ISSN 1951-2414
Comment se procurer la revue ?

Les Polarophiles tranquilles
Adresse : 86, avenue de Grasse, 06400 Cannes, France
E-mail : cazon.t@9online.fr
Téléphone : 04 93 38 20 69
Site : http://polarophile.free.fr/index.htm

Ce qu'il faut savoir sur la revue
Semestriel publié par l'association éponyme, Les Polarophiles tranquilles propose des thèses plutôt que des études. Sous la plume de Thierry Cazon, le bulletin tient plus des journaux des années 1920, le rédacteur n'hésitant pas à s'enflammer au delà du bon sens.
Le bulletin est gratuit sur simple demande.

Le bulletin propose un long article de Thierry Cazon qui fait écho à son édito. Les Polarophiles tranquilles cherchent à énumérer et expliquer les raisons de l'utilisation de pseudonyme, de prête-nom et autre nègre à travers Romain Gary, James Hadley Chase, Frédéric Dard ou Simenon.
Les hypothèses sont comme d'habitude osées. Si la recherche, et c'est aussi le cas dans le domaine littéraire, se doit d'être sceptique, c'est aussi vrai pour Les Polarophiles tranquilles (pas si tranquilles que ça d'ailleurs), qui devraient abandonner certaines certitudes et postulats de départ. À part ces certitudes, l'article pourrait être intéressant et mériterait certains approfondissements quant aux raisons de prendre un pseudonyme en s'appuyant justement sur le couple connu et sûr San Antonio / Frédéric Dard. Quand un auteur se lance dans une série, si le succès est au rendez-vous, il se trouve alors vampirisé. N'est-ce pas prévoyant de prendre un autre nom de plume avant de se lancer dans ce que l'on sait être une longue aventure ? Car si sir Arthur Conan Doyle avait fait ainsi, nul doute que ses autres écrits auraient eu une meilleure vie littéraire. C'est un exemple parmi tant d'autres. L'article des Polarophiles tranquilles n'est pas tant réfléchi qu'écrit de façon sanguine et enthousiaste. Or l'enthousiasme est souvent source de chaos et d'erreurs. L'on attend maintenant que Les Polarophiles tranquilles étayent leurs thèses, confirment ou infirment leurs certitudes. Qu'ils modifient leur méthode de travail fondée non sur le doute comme l'affirme Thierry Cazon, mais sur des certitudes. Ainsi, ils ne s'attireront les foudres des critiques et universitaires français...

SOMMAIRE :

Les auteurs aux identités multiples, par Thierry Cazon


Auteurs traités : James Hadley Chase (Article) | Graham Greene (Article) | Georges Simenon (Article)
dimanche 20 décembre 2009

Pied de page