Les Trente-neuf marches

Existait-il un meilleur système ? Je n'avais pas le courage d'y réfléchir et je suis une fois de plus allée réexpédier un type derrière les barreaux pour quelques mois.
Leena Lehtolainen - La Spirale de la mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 27 novembre

Contenu

Roman - Espionnage

Les Trente-neuf marches

Géopolitique - Guerre MAJ mardi 23 octobre 2012

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,2 €

John Buchan
The Thirty-Nine Steps - 1915
Traduit de l'anglais par Théo Varlet
Paris : Le Masque, octobre 2012
156 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-3821-3
Coll. "Le Masque poche", 1

Actualités

  • 01/09 Jeux: k-libre 12-21 : thématique de septembre
    Espionnage classique. Au tout début (enfin presque, n'ergotons et ne chipotons pas trop), il y eut Eric Ambler (ah ! Le Masque de Dimitrios et John Buchan pour proposer des romans d'espionnage vivants. Le premier était un adepte du complot géopolitique ancré dans l'histoire contemporaine, et expliquait les conflits avec des raisons économiques (qui nous reviennent aujourd'hui à la figure). L'un de ses descendants sera d'ailleurs sans conteste Alan Furst, adepte comme lui de la période trouble de l'entre-deux-guerre, de la guerre d'Espagne, et de la Seconde Guerre mondiale, où des espions de tous bords agissent, réagissent et, dirais-je, contre-agissent avec une certaine touche de romantisme dans un monde de convictions et d'idéologies. John Buchan, lui, avec ses Trente-neuf marches, donne une touche naïve et aventureuse à un héros normal romantique. Ce même héros, on le retrouvera dans Les Six jours du Condor, du génial James Grady. Mais l'espionnage a aussi façonné l'immage de l'agent secret séducteur (satané James Bond), avec des gadgets et un budget quasi illimité. Certes le personnage de Ian Fleming est fortement éloigné de ce qu'en a fait Hollywood, mais il ouvre une brèche dans le roman d'espionnage avide d'agents secrets hyper-actifs qui ne transpirent que très peu sous leurs aisselles et conservent un costume toujours immaculé. Jean Bruce et notre OSS117 en sont témoins. John Le Carré, lui, avec L'Espion qui venait du froid ajoute la touche calculatrice et machiavélique d'une société bipolaire malade, et prête à tout pour imposer ses vues. La suite appartient à ses héritiers et à vous. Mettez-vous dans la tête de François Merlin, et lancez-vous dans les aventures de votre Bob Saint-Clar. Vous avez quartier libre, mais la trame doit être quand même réaliste. Pourquoi ne pas plonger dans l'actualité syrienne ? Pourquoi ne pas s'inspirer d'Alpha ?

    Contraintes :
    - Respecter la thématique : western crépusculaire.
    - Écrire une nouvelle de 12000 à 21000 signes espaces compris.
    - Date d'envoi de la nouvelle : entre le 1er juillet et le 31 août minuit, le cachet du mail faisant foi.

    Comment procéder ?
    - Enregistrer la nouvelle titrée au format Word, Open Office ou Texte.
    - L'Envoyer par mail concours-k-libre-12-21@k-libre.fr avec, dans le corps du mail la mention "Je confirme avoir pris connaissance du règlement complet du concours et l'accepter sans réserve" ainsi que ses pseudonyme, adresse mail, prénom, nom, adresse postale, numéro de téléphone.

    Toute nouvelle parvenue sans la mention "Je confirme avoir pris connaissance du règlement complet du concours et l'accepter sans réserve" sera exclue du concours.

    Page de présentation générale du concours
    Règlement du concours
    En savoir plus sur Les Petits polars sur le site de 12-21

    Liens : Alpha. 11, Fucking Patriot |L'Espion qui venait du froid |Le Masque de Dimitrios |Eric Ambler |John Buchan |Alan Furst |John Le Carré

  • 12/10 Édition: Parutions de la semaine - 12 octobre
  • 02/10 Édition: Le Masque fait peau vieille
  • 25/11 Édition: Parutions de la semaine - 25 novembre

Dévouement & courage

C'est parce qu'il s'intéresse au type d'histoires primaires que les Américains baptisent "romans à quatre sous", et qu'un ulcère le cloue au lit alors qu'il n'attend que de servir son pays en pleine Première Guerre mondiale, que John Buchan écrit Les Trente-neuf marches. Le roman qui allait devenir une dramatique immortalisée par Alfred Hitchcock est un des premiers romans d'espionnage britanniques. Et quel roman !
Un homme, appelons-le Richard Hannay, aventurier sud-africain sans aucun souci financier, s'est installé à Londres. Il s'ennuie ferme et songe à repartir quand soudain, son voisin lui rend visite et lui raconte une histoire incroyable. Des ennemis de la Nation envisagent d'assassiner une figure politique d'Europe centrale lors de son passage en Angleterre. Lui-même se sait surveillé, il a tout noté dans un calepin de cuir noir et a organisé sa propre mise à mort avec l'aide d'un cadavre qu'il a défiguré et couché dans son lit. Quelques jours plus tard, l'homme est assassiné dans l'appartement de Richard Hannay, qui avait accepté de l'héberger. Celui-ci comprend qu'il est le prochain sur la liste, que la police ne croira pas à son histoire, et il se décide à partir en Écosse pour mieux se fondre dans les terres de ses ancêtres afin de réfléchir à ce qu'il convient de faire. Bien entendu, le terrain est semé d'embûches, mais en Écosse plus que partout ailleurs, l'autochtone est amical, serviable et honnête... bref pavé de bonnes intentions.
C'est bien entendu un roman qui s'appuie sur des faits historiques. L'assassinat de l'archiduc d'Autriche-Hongrie qui plongera l'Europe dans la guerre. John Buchan est annonciateur d'Eric Ambler et John Le Carré , deux auteurs qui dévoileront les dessous géopolitiques d'un continent où rien n'est anodin. Mais l'intrigue des Trente-neuf marches est simplissime à souhaits avec une linéarité qui ferait fuir plus d'un lecteur si elle ne s'accompagnait d'un véritable talent de conteur agrémenté de descriptions qui aujourd'hui fleurent bon la naphtaline. Bien sûr, il s'agit également d'un roman de propagande - le héros qui se dévoue corps et âme à sa nation, mais c'est plus que ça. D'ailleurs, Richard Hannay comprend les motivations de ses ennemis car il les sait patriotes. Roman court, efficace, à la limite de l'empirisme, avec une montée en puissance et des petits tours de passe-passe psychologiques sur l'art du déguisement qui prêtent aujourd'hui à sourire. L'influence de Conan Doyle ? Peut-être... Une perle littéraire à découvrir.

Citation

Oh que non, je ne vais pas vous livrer ! Mes amis et moi avons un petit compte à régler en particulier avec vous, et voilà tout. Vous en savez un peu trop, monsieur Richard Hannay. Vos talents d'acteur sont corrects, mais il vous reste des progrès à faire.

Rédacteur: Julien Védrenne samedi 26 février 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page