Cinq petits cochons

Dumollard fut enterré sur place, dans l'allée du cimetière de Montluel, pour que chacun pût lui marcher dessus.
Bruno Fuligni - Justiciers
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Bande dessinée - Policier

Cinq petits cochons

Assassinat MAJ lundi 27 juin 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 11 €

Miceal O'Griafa (scénario), David Charrier (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Agatha Christie
Five Little Pigs - 2009
David Charrier (coloriste)
Paris : Emmanuel Proust, septembre 2009
48 p. ; illustrations en couleur ; 30 x 23 cm
ISBN 978-2-84810-235-1
Coll. "Agatha Christie", 18

Actualités

  • 08/11 Radio: Samedi noir pour Agatha Christie sur France Culture
    "Des fictions pour émouvoir, divertir, intriguer. Dramatiques radiophoniques, lectures, scénarios, adaptations, pages arrachées, toutes les formes radiophoniques et toutes les époques seront conviées pour le plaisir de raconter une histoire." Tel est comment se définit l'émission radiophonique "Samedi noir" sur France Culture diffusée chaque... samedi (évidemment) entre 21 heures et 22 heures. Mais en ce mois de novembre, elle inaugure un cycle en quatre temps bien particulier consacré à Agatha Christie, la Reine du crime. Pour la première, nous avons le droit à une adaptation de Cinq petits cochons de la part de Sylvie Granotier pour une réalisation de Jean-Matthieu Zahnd. À suivre !

    Cycle Agatha Christie :
    1. Cinq petits cochons (58 min.)
    Adaptation : Sylvie Granotier
    Réalisation : Jean-Matthieu Zahnd
    Conseillère littéraire : Caroline Ouazana
    Avec : Olivier Broche (Hercule Poirot), Anna Fournier (Carla Crale-Lemarchant), François Perache (Sir Montague Depleach), Jean-Claude Bourbault (le commissaire Hale), Alain Christie (Quentin Fogg), Hervé Furic (Philip Blake), Micher Derville (Meredith Blake), Guy Chapellier (Jonathan Caleb), Johanna Nizard (Elsa Greer), Nathalie Kanoui (Miss Cécilia Williams), Caroline Breton (Angela Warren), Laurent Orry (Amyas Crale) &Morgane Hainaux (Caroline Crale)
    Bruitages : Bertrand Amiel & Élodie Fiat
    Équipe de réalisation : Bernard Lagnel & Anil Bosle
    Assistantes à la réalisation : Clémence Gross & Marion Guilhen
    Liens : Cinq petits cochons |Agatha Christie |Sylvie Granotier

  • 26/01 Exposition: Agatha Christie en BD (Issy-les-Moulineaux)
  • 30/09 Édition: Parutions de la semaine - 30 septembre

Jalousie, peinture et Poirot

Les éditions Emmanuel Proust ont entrepris de longue date l'adaptation en bande dessinée des romans d'Agatha Christie. Pour Cinq petits cochons, dix-huitième de la série, David Charrier au dessin et Miceal O'Griafa au scénario proposent une vision moderne d'un drame de 1943.

L'intrigue est classique et aborde les affres de la jalousie. Un peintre, sa femme, un modèle dont il tombe amoureux. L'histoire se déroule seize ans avant que la fille du couple ne vienne demander au célèbre Hercule Poirot de réhabiliter sa mère, qui s'est laissée conduire à la potence, accusée d'avoir empoisonné son mari. Tout les faits étaient contre elle à l'époque. Sa passivité et son acceptation du verdict ont conforté sa culpabilité. Mais Agatha Christie, comme une araignée, tisse alors une toile complexe. Cinq personnages évoluent autour du couple. Tous ont vu quelque chose, entendu quelque chose. Mais tous ont interprété ce qu'ils ont vu et entendu. Ils sont encore en vie. Alors Poirot méthodiquement s'acharne à remonter aux faits. Bien sûr, la femme est innocente. La personne coupable ne pourra être jugée car la loi anglaise est faite ainsi qu'un meurtre ne peut être jugé deux fois, mais la morale sera quand même sauve, et Poirot aura encore une fois justifié ses talents de fin limier.

Cinq petits cochons est à l'origine un roman de souvenirs. Les faits se sont déroulés seize ans auparavant, et tous les personnages vont devoir affronter leur mémoire pour mieux les reconstituer. Là où le cinéma à une époque pour montrer que l'on se trouvait dans un flashback usait du noir et blanc, David Charrier privilégie des planches monochromes sépia. Il s'arrête longuement sur les yeux de ses personnages (on ressent chez lui une profonde fascination pour les yeux, le regard : les plans sont nombreux dans cette bande dessinée à cadrer étroitement le visage). Nous éloigne de cette vision que l'on a de personnages anciens, à l'étroit dans leurs vêtements. Les femmes sont fines et élancées, leurs robes dignes des femmes fatales américaines de Dashiell Hammett et Raymond Chandler. Mais étrangement il se trahit lui-même. Inconsciemment, il nous dévoile le coupable sous son trait habile mais sur ce coup subjectif. Cela ne l'empêche pas de parfaitement coller au scénario de Miceal O'Griafa, de nous assurer dès le début que l'on ne se retrouvera pas dans une enquête à la Sherlock Holmes, et se conclue à la Agatha Christie dans un ultime rebondissement.
Bel hommage !

Illustration intérieure

Détail de la page 20. Le peintre Amyas est en train de mourir sous le regard de sa femme et d'un ami de la famille sans que ceux-ci en aient conscience.


Citation

Les traces de pas, mégots, brins d'herbe, sont définitivement perdus. Mais vous, Mr Poirot, c'est bien l'élément psychologique qui vous intéresse, non ?

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 26 juin 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page