Un léger bruit dans le moteur

Nous qui sommes censés faire respecter la loi, on sait bien que les choses sont le plus souvent ce qu'elles paraissent. On arrive le plus vite possible aux conclusions, Stoney, parce que comme ça on ne perd pas trop de temps.
William G. Tapply - Dérive sanglante
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 09 décembre

Contenu

Bande dessinée -

Un léger bruit dans le moteur

MAJ mardi 04 septembre 2012

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Gaet's (scénario), Jonathan Munoz (dessin)
Scénario adapté de l'œuvre de Jean-Luc Luciani
Vineuil : Physalis, août 2012
120 p. ; illustrations en noir & blanc ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-36640-007-6

Actualités

  • 29/08 Prix littéraire: Sélections 2013 des Prix Interpol'Art
  • 23/10 Prix littéraire: Sélection du Prix SNCF du polar/BD 2013
    Le comité d'experts en bande dessinée pour le Prix SNCF du polar/BD 2013 a rendu son verdict ou plutôt sa sélection. S'il vous faudra attendre le printemps pour savoir qui sera le lauréat - rappelons que vous avez la possibilité de voter, et pas seulement dans cette catégorie -, vous pouvez d'ores et déjà découvrir les six bandes dessinées en compétition. Une sélection de qualité par un comité qui a su aller puiser là où on ne l'attendait pas forcément. Six bandes dessinées de six maisons d'édition différentes pour donner un coup de projecteur sur des œuvres du neuvième art qui allient choix graphiques assumés et profondeur du scénario.

    Sélection du Prix SNCF du polar/BD 2013 :
    - Castilla Drive, de Anthony Pastor (Actes sud, "An 2") ;
    - Pizza Roadtrip, de Cha & El Diablo (Ankama, "Hostile Holster") ;
    - Un léger bruit dans le moteur, de Gaet's & Munoz (Physalis) ;
    - La Peau de l'ours, de Oriol & Zidrou (Dargaud) ;
    - Pigalle 62.27, de Loustal & Götting (Casterman) ;
    - La Grande odalisque, de Vivès, Ruppert & Mulot (Dupuis).

    Le comité d'experts de la bande dessinée :
    Frédéric Prilleux (responsable de médiathèque, spécialiste de la BD policière, chroniqueur pour 813 et k-libre, et créateur du blog Bedepolar.blogspot.com), Éric Libiot (rédacteur en chef Arts & Spectacles à L'Express), Laurent Le Saux (journaliste à Télérama et rédactrice en chef adjointe du site d'informations BoDoï www.bodoi.info), Christian Marmonnier (auteur, directeur d'ouvrages et pigiste pour diverses revues spécialisées en BD) & Dominique Poncet (commissaire d'expositions et auteur de livres liés à la BD, directeur de la publication et de collection de la revue et des éditions PLG, créateur de la revue Scarce).
    Liens : Castilla Drive | Gaet's |Jonathan Munoz | Loustal |Anthony Pastor

"Je suis un enfant qui tue des gens"

Dans ce petit village reculé, la maigre population n'a pas de chance. Non seulement elle survit dans des conditions misérables mais voici qu'une malédiction semble s'abattre sur elle : tous les membres de la petite communauté meurent les uns après les autres. Un enfant tombe d'une balançoire. La vieille institutrice trébuche et se prend le coin acéré de son bureau dans l'œil. Le gros Gandriale s'égare dans les bois de nuit et est englouti par de la vase mouvante. Le petit Adrien, le fils des paysans, tombe dans un piège à sanglier et meurt empalé. Les autres enfants sont traumatisés. Sauf un. Celui qui a préparé toutes ces morts et qui suit un plan bien précis. Simple. Il s'agit de tuer tout le monde et de fuir. C'est en bonne voie...

Un léger bruit dans le moteur est à l'origine un roman de Jean-Luc Luciani, cruel et dérangeant (chroniqué dans nos pages). Adapté ici par Gaet's – qui a conservé des phrases-choc du roman - et dessiné par Jonathan Munoz, la bande dessinée fait le même effet... avec les images en plus. La réussite de cette adaptation tient beaucoup de sa galerie de personnages, que la misère rend laids, pathétiques, attendrissants ou détestables, au fil des événements qu'ils traversent. Et au premier rang de ces personnages, l'enfant "narratueur", tout en ingénuité et cruauté, une dualité que Munoz a parfaitement réussi à saisir. On ne sait pas vraiment grand-chose de ses motivations, si ce n'est ce désir de partir et de voir le monde du dehors. On s'inquiète toute de même jusqu'au bout pour son humanité. Les couleurs de cet album sont bien évidemment de la tonalité de ce qui s'y passe, et le bistre règne en maître, quand il ne cède pas sa place au bleu de la nuit. La lumière parvient rarement jusqu'au lecteur, ou alors, comme sur la couverture (superbe !), semble être attendue au tournant pour un assassinat en règle. Bref, un album dur, mais paradoxalement, d'une grande beauté.

Illustration intérieure

"Les enfants, ces pauvres petites choses innocentes..."


Nominations :
Prix Interpol'Art "BD" 2013

Citation

Madame Frolignac, c'est l'épicière du village. Et c'est son chat que j'égorge si souvent dans mes rêves. C'est la seule à avoir un contact avec le monde de dehors du village. Elle part acheter des aliments qu'elle revend trois fois plus cher. C'est mon père qui l'a dit. Rien que pour ça, elle mourra plus lentement que les autres.

Rédacteur: Frédéric Prilleux dimanche 07 avril 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page