Les Bâtisseurs de l'empire

Où va-t-on les parquer, ceux là qui portent encore dans leur chair les barbelés des camps nazis ?
Maud Tabachnik - Je pars demain pour une destination inconnue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 18 juillet

Contenu

Roman - Noir

Les Bâtisseurs de l'empire

Politique - Historique - Mafia - Urbain MAJ jeudi 14 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,65 €

Thomas Kelly
Empire Rising - 2005
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Pierre Bondil
Paris : Rivages, mars 2013
590 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2470-5
Coll. "Noir", 904

Les choses en grand

"Celui-là, disent-ils, défiera le temps." Celui-là, c'est l'Empire State Building, le plus haut gratte-ciel du monde, dont la construction – "le Chantier avec un grand C" – commence en 1930. Un chantier où travaille Michael Briody "le roi du rivet", immigré irlandais, qui oscille entre l'idée de faire son trou en Amérique et celle de soutenir la cause républicaine, ce qu'il fait toujours la nuit, en convoyant des armes ou par d'autres missions. Un chantier prestige pour Jimmy Walker, le maire de New York, qui travaille a sa réélection et qui – même si ce n'est pas le genre à en croquer beaucoup – ne voudrait pas voir diverses casseroles faire l'actualité. Et pour ça, il compte sur Jimmy Farrell, Farrell qui contrôle tout à New York, que personne ne veut se mettre à dos, Farrell qui s'est fait sa propre loi : "Personne ne peut nous faire du mal dans cette ville". Farrell qui entretient la grande machine corruptrice, qui entretient aussi Grace Masterson, artiste peintre qui, voulant peindre l'Empire State Building, va croiser Michael Briody...
De manière magistrale, Thomas Kelly croise dans son roman les grands thèmes du roman noir : politique, corruption et... amour impossible. Plaçant originalement son histoire lors de la construction de l'Empire State Building ("qui est exemplaire au niveau de l'histoire des syndicats", comme il l'avait confié à son traducteur, Pierre Bondil, dans la revue 813), il passe au crible la fierté des hommes qui l'ont construit, et décortique de manière admirable les liens entre la politique et la pègre en se plaçant à tous les niveaux. Après cette trilogie de bâtisseurs et de syndicalistes (si ce n'est déjà fait, lisez Le Ventre de New York et Rackets chez le même éditeur), on se demande ou l'auteur nous emmènera la prochaine fois - s'il y en a une car ce livre date de 2005 et rien ne pointe chez Rivages...

Citation

Le temps était venu de passer au plan B. Il avait envisagé pareille stratégie très longtemps auparavant.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 12 mars 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page