Fractures

Ce salopard dégénéré avait aussi un penchant pour les Stetson - détail qui le classait définitivement, à mes yeux, parmi les connards.
Craig McDonald - La Tête de Pancho Villa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 08 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Fractures

Psychologique - Médical - Vengeance MAJ samedi 31 décembre 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Voir plus d'infos sur le site polarmag.fr (nouvelle fenêtre)

Franck Thilliez
Paris : Le Passage, octobre 2009
382 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-84742-141-5

Actualités

  • 15/10 Édition: Parutions de la semaine - 15 octobre
    Semaine noire pour les économies. Il y en a vraiment pour tous les goûts, et ceux qui font confiance à leurs éditeurs et à leurs collections préférés ne sauront pas trop que choisir, tant les parutions arrivent en force et la tête tourne. De Rivages à Gallimard en passant par Le Serpent à plumes, Au diable vauvert, Fleuve noir, Le Masque, Le Cherche Midi ou Plon. Franck Thilliez arrive en force au Fleuve noir, et se retrouve habillé pour l'hiver chez Pocket, qui réédite tous ses romans précédents. Philip Le Roy, Serge Brussolo, Anne Holt, Ian Rankin et Louis Bayard sont au rayon grand format. Elizabeth George, Fred Vargas (qui sera au centre de notre prochain concours), Patricia Cornwell, au rayon poche. Sans oublier Sébastien Gendron et Luc Baranger qui signent chez Baleine deux ovnis que l'on découvrira avec plaisir. Vous l'aurez compris, une semaine de lecture à temps plein ne suffira pas... d'autant que l'autre semaine approche à grands pas :

    Grand format
    Juke box Cadillac, de Doug Allyn (Rivages, "Thriller")
    Blackrun, d'Alex Barclay (Michel Lafon, "Thriller")
    La Tour noire, de Louis Bayard (Le Cherche Midi, "Ailleurs")
    Enquête sur la disparition d'Émilie Brunet, d'Antoine Bello (Gallimard, "Blanche")
    Les Louvetiers du roi, de Serge Brussolo (Plon, "Suspense thriller")
    Deux étés inoubliables, de Simone Chanet-Munsch (Charoumu)
    Taxi, take off and landing, de Sébastien Gendron (Baleine)
    Squatteur's story : Nancy seventies, d'Alexis Gleiss (Territoires témoins, "Borderline")
    Théodore Boone : enfant et justicier, de John Grisham (OH !)
    La Sourate du Khamsin, de Hiram (Le Rocher)
    Haine, de Anne Holt (Le Serpent à plumes, "Serpent noir")
    La Dernière frontière, de Philip Le Roy (Au diable vauvert)
    Cinq Cubains à Miami, de Maurice Lemoine (Don Quichotte)
    L'Importance d'être reconnaissant, de Alexander McCall Smith (Les 2 Terres)
    Cadavres aixois, de Roger Moiroud (Thot, "Polar")
    Rêves brisés, de Francis Pornon (Pascal Galodé)
    Exit Music, de Ian Rankin (Le Masque)
    Ni chair ni sang, de Ruth Rendell (Les 2 Terres)
    L'Âme des soleils noirs, de Danièle Saint-Bois (Julliard)
    Hors d'haleine, de Jon Stock (Fleuve noir, "Thriller")
    Le Syndrome [E], de Franck Thilliez (Fleuve noir, "Thriller")
    Noël sanglant, de Kjetil Try (Gallimard, "Série noire")

    Poche
    Maria, chappe de haine, de Luc Baranger (Baleine, "Le Poulpe")
    Traces, de François Boulay (Folio, "Policier")
    l'Orphelin de Saint-Vincent : Saint-Malo, de Chris Bourgault (Astoure, "Breizh noir")
    Morts en coulisse, de Mary Jane Behrends Clark (LGF)
    Trompe-l'œil, de Patricia Crnwell (LGF)
    Un petit reconstituant, d'Elizabeth George (Pocket, "Noir")
    Le Dernier match, de John Grisham (Pocket, "Best")
    Bol d'air au Crouësty  Golfe du Morbihan, de Myriam Le Moigne (Astoure, "Breizh noir")
    L'Exil des anges, de Gilles Legardinier (Pocket, "Thriller")
    La Stratégie Bancroft, de Robert Ludlum (LGF)
    IRA irae, de André Mastor (Albiana)
    Le Faucheux, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Là où vivent les peurs, de James Siegel (Pocket, "Thriller")
    La Rivière de sang, de Jim Tenuto (Gallmeister, "Totem")
    L'Anneau de Moebius, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    Deuils de miel, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    La Forêt des ombres, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    La Mémoire fantôme, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    Fractures, de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    Jeux de vilains, de Jean-Louis Tourné (Albiana)
    Cherche tueur en CDD : Lorient-Quimperlé, de Guénolé Troudet (Astoure, "Breizh noir")
    Dans les bois éternels, de Fred Vargas (J'ai lu, "Policier")
    En un lieu incertain, de Fred Vargas (J'ai lu, "Policier)
    Liens : Haine |L'Exil des anges |Exit Music |L'Anneau de Moebius |Le Syndrome [E] |Luc Baranger |Serge Brussolo |Sébastien Gendron |Alexis Gleiss |Anne Holt |Philip Le Roy |Francis Pornon |Ian Rankin |Ruth Rendell |James Sallis |Franck Thilliez |Fred Vargas |Elizabeth George |John Grisham

  • 17/03 Café littéraire: Le Cercle des lecteurs de mars
  • 07/02 Télévision: Maxime Gillio s'entretient avec Franck Thilliez
  • 19/11 Librairie: Deux auteurs à Montpellier

Alice in Horrorland

En 1982, Claude Dehaene est photo-reporter. Il assiste aux massacres de Chabra et Chatila, au Liban. Il s'en sort vivant, mais pas indemne. Une fois rentré en France, profondément traumatisé par ce qu'il a traversé, il quitte son métier et se retire dans une ferme du Nord avec sa famille. En peu de temps il se mue en paysan et vit aussi éloigné du monde qu'il le peut. Bien des années plus tard, il incite sa fille Alice, âgée de vingt-cinq ans, à consulter le psychiatre Luc Graham – elle souffre depuis son enfance de "trous noirs", de larges plages de vide dans sa mémoire où ne s'inscrit aucun souvenir. La psychothérapie s'engage, assortie de toute une batterie de "tests de personnalité" menés à grand renfort d'appareils électroniques dans des locaux du CNRS à Boulogne-Billancourt. Au bout d'un an, le Dr Graham sent qu'il est près d'amener sa patiente à la guérison. Mais lors d'une séance particulièrement délicate, Alice, soumise à un stress insupportable, s'enfuit brusquement. Presque au même moment, son père est blessé de deux coups de couteau – tentative de suicide ou agression ? Tandis qu'il est sous surveillance à l'hôpital Roger Salengro de Lille, Julie Roqueval assistante sociale en psychiatrie, dépose dans ce même hôpital un inconnu qu'elle vient de recueillir en piteux état – d'une maigreur effrayante, recroquevillé tout nu dans une couverture souillée, plongé dans une profonde catatonie.
Entre ces trois pôles narratifs, Franck Thillez développe un récit tortueux, complexe, qui emmène le lecteur aux extrêmes limites comportementales de ce que peut entraîner un syndrome post-traumatique aigu, dans les franges quasi insoutenables de la torture physique et mentales – dans d'indicibles territoires de souffrance.

À suivre Alice dans sa psychothérapie, à traverser avec elle les épreuves que lui imposent ses troubles de mémoire on a un peu l'impression de pousser la porte d'un couloir adjacent à La Mémoire fantôme et de continuer, avec de nouveaux personnages et une autre intrigue, l'âpre exploration psychiatrique des plus sombres perturbations mentales – lesquelles sont, de toute façon, omniprésentes dans les romans de Franck Thillez. Par ailleurs dans Fractures, on retrouve d'autres thèmes et figures récurrents chez cet auteur – la demeure isolée, les labyrinthes souterrains, le rapt, la séquestration, les sévices en tout genre infligés par des bourreaux psychopathes… Mais on lui saura gré de parvenir à les exploiter différemment à chaque roman – à cet égard il témoigne d'une imagination étonnante – de telle manière qu'on identifie leur prégnance sans avoir pour autant l'impression qu'il se répète.

Le récit est entièrement écrit au présent comme s'il ne fallait s'attarder sur rien, et regorge de phrases elliptiques – le rythme est extrêmement rapide, tout entier tendu vers l'efficacité maximale. Au prix, hélas, d'une écriture insuffisamment soignée. Il y a d'abord sa sècheresse, due à l'abondance de ces phrases souvent infinitives ou réduites à un ou deux mots, qui ressemblent à des hachures durement appuyées – ce ne serait pas si gênant s'il n'y avait, en permanence, des formules bizarrement familières ou approximatives, alors que le registre de langue de l'ensemble n'est ni familier, ni argotique. L'on voit, entre autres exemples, les fumeurs et fumeuses tirer systématiquement des "taffes" au lieu de simples "bouffées". Et l'on ne peut pas ne pas remarquer que le roman s'ouvre sur une bien curieuse construction du verbe empêcher – "La misère n'empêche jamais à la vie d'abonder".
De plus, bien des scènes sont à la limite de la vraisemblance – "vraisemblance" étant entendu par rapport à l'économie du récit et non en référence à quelque souci de réalisme – notamment à la fin. L'épilogue quant à lui, avec son lot d'explications offertes d'un coup, déçoit un peu mais l'on conviendra que la nature de l'intrigue ne permettait guère de procéder autrement.

Pinaillage et découpage de cheveux en quatre que ces remarques ? Peut-être... En tout cas, ces échardes n'auraient même pas été relevées si, par ailleurs, le roman n'avait pas de grandes qualités - le public, à en juger par quelques échos glanés çà et là, s'est déjà engoué pour lui. Il faut reconnaître que, pour ce qui est de confronter son lecteur à ce que l'âme humaine peut receler de pire, Franck Thilliez est très fort. Il sait s'y prendre pour ourdir une intrigue retorse, renouveler ses thèmes, et pour vous contraindre à ne pas interrompre votre lecture, fût-ce au prix d'un manque de rigueur et de recherche quant à la part stylistique de l'écriture.
La note, alors... Dilemme ! Ce pourrait être une moyenne entre le 5 pour la construction malgré ses fissures et le 1 pour le relâchement et les aspérités d'écriture qui fâchent. En fin de compte, je lui accorde un 4 pour m'avoir fait oublier, une après-midi durant, que novembre naissait sous une pluie battue par les vents...


On en parle : Alibis n°34

Nominations :
Prix des Lecteurs Quais du Polar 2010
Prix des lecteurs/lectrices de critiqueslibres.com - policier-thriller 2012

Citation

Alice n'était plus Alice. Mais Nicolas. Un enfant de huit ans.

Rédacteur: Isabelle Roche dimanche 01 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page