La Gitane et le vent

Que peut-il y avoir de pire que cet enchevêtrement de corps transformés en loques ou en pelotes de nerfs à vif, où un genou osseux sous votre omoplate est un poignard effilé, où des ongles noirs et battants se transforment en autant de lames de rasoir ?
Roger Martin - Dernier convoi pour Buchenwald
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 27 juin

Contenu

Roman - Policier

La Gitane et le vent

Social MAJ lundi 31 mai 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Jacky Blandeau
Paris : Edilivre, août 2008
190 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 278-2-3535-216-6
Coll. "Coup de cœur"

Les montagnes de la honte

Lucien vient de faire un héritage : une maison plantée dans les Pyrénées, offerte par un oncle qu'il n'a jamais connu. Romancier, vivant des rentes de ses parents défunts, il s'y installe, randonne, découvre, enchanté, les hardiesses bucoliques d'un paysage tout de montagne. Et ses "pays" : Gaston, Madame Rolland, les vieux du village. Tout semble n'y être que calme et volupté innocente, douceur de vivre logée dans ses profondes vallées, jusqu'à sa rencontre inopinée avec une étrange beauté. Une jeune femme sortie nue d'une eau pure et presque originelle. Un être libre et cependant plombé par une mélancolie puissante. Qui peut-elle bien être ? Qui est cette fille déroutante, aussi gaie le matin qu'elle peut être sombre le soir, à piquer du nez dans une obscure affliction ? Ce n'est pas ses affaires, blâme le hameau, une fois l'idylle rompu avec l'enchantement qu'a provoqué son irruption dans ce coin de montagne. Mais Lucien s'entête, suit la belle, succombe à ses charmes avant d'enquêter et de percer le mystère de son existence. Ponctué par un journal intime, le terrible secret lui sera révélé : c'est tout le village qui d'un coup exsude sa honte et son hypocrisie.
Hommage aux victimes de viol, le roman flâne, dérive, s'émeut et dénonce, dans cette langue des instituteurs d'autrefois, appliquée, posée et raisonnable.

Nominations :
Prix du roman policier de la bibliothèque de Petit-Mars 2010

Citation

Je tenais avec ces semelles la preuve de l'étrangeté du comportement des habitants du hameau.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 09 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page