Shanghai Moon

Chaque fois qu'il baisait avec une jeune fille, Preston se sentait coupable, avait l'impression de se noyer dans la culpabilité, au moins pendant une ou deux longues minutes. Pour lui, une telle sensation était la preuve que, aussi cruel et corrompu qu'il pût être, il pouvait encore aller au Paradis.
Donald Ray Pollock - Le Diable, tout le temps
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 04 mars

Contenu

Roman - Noir

Shanghai Moon

Historique - Hard boiled MAJ jeudi 26 août 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

S. J. Rozan
Shanghai Moon - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Françoise Smith
Paris : Le Cherche midi, août 2010
492 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-1573-3

Actualités

  • 03/09 Édition: Parutions de la semaine - 3 septembre
    Les amateurs de thrillers et autres suspenses trouveront chez Albin Michel de quoi assouvir leurs pulsions avec des romans de Lisa Gardner et Patrick Bauwen. Au rayon des romans très noirs, Colin Harrison aux Presses de la Cité et surtout David Peace chez Rivages avec la suite de sa trilogie dans Tokyo sont des éléments de choix. Alors que l'on peut également se replonger dans André Héléna chez Plon. Les parutions de cette semaine sont plutôt nombreuses. D'ailleurs, rentrée oblige, nombre d'auteurs ont un roman en poche qui sort conjointement avec un roman en grand format (Bauwen, Peace, Patterson, Kellerman). L'on pourra s'interroger sur cette mauvaise manie qu'a Points de renommer certains romans - Les Amis du crime parfait rebaptisé en Le Club du crime parfait alors même que le titre espagnol du roman d'Andrès Trapiello est Los amigos del crimen perfecto... Quant à Actionnaire principal, de Pétros Márkaris, difficile de le reconnaître sous son nouveau titre Publicité meurtrière... Quel en est l'intérêt ? Sinon, comme d'habitude, faites votre choix !

    Grand format
    Seul à savoir, de Patrick Bauwen (Albin Michel, "Thrillers")
    Le Cri de l'engoulevent, de Kjell Eriksson (Gaïa)
    Ces demoiselles des Ursules, de Philippe Forissier (Actes graphiques, "Le Polar stéphanois")
    La maison d'à côté, de Lisa Gardner (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Meurtres pour rédemption, de Karine Giébel (Fleuve noir, "Noirs")
    L'Étouffoir, de Phillip Gwynne (Payot, "Suspense")
    L'Heure d'avant, de Colin Harrison (Belfond, "Noir")
    Le Demi-sel, d'André Héléna (Plon, "Noir rétro)
    Pour la place du mort, de Charlie Huston (Le Seuil, "Thrillers")
    Habillé pour tuer, de Jonathan Kellerman (Le Seuil, "Thrillers")
    Permettez-moi de ne pas signer, de Djuro Luy (Biro, "Art noir")
    Les Fantômes du passé, de Roger Martin (Le Cherche Midi)
    Du plomb dans les spaghettis, de Pierre Mazet (Elytis)
    Une ombre sur la ville, de James Patterson (L'Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Tokyo, ville occupée, de David Peace (Rivages, "Thriller")
    Vice caché, de Thomas Pynchon (Le Seuil, "Fiction & Cie")
    Box 21, d'Anders Roslund & Börge Hellström (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Shanghai Moon, de S. J. Rozan (Le Cherche Midi)
    De sinistre mémoire, de Jacques Saussey (Nouveaux auteurs)
    Bunker, d'Andrea Maria Schenkel (Actes sud, "Noir")
    Église électrique, de Jeff Sommers (Bragelonne, "Avery Cates")
    Ceux qui se cachent, de Carlene Thompson (Succès du livre)
    L'Hiver des lions,de Jan Costin Wagner (Jacqueline Chambon)
    Le Jugement de Salomon, de Patrick Weiler (Biro, "Art noir")
    Mortelles matrices, de Jean Winther (Les Éditions du bord du Lot)

    Poche
    Double jeu, de Jeff Abbot (LGF)
    Monster, de Patrick Bauwen (LGF)
    L'Odyssée de la poisse, d'Antoine Chainas (Baleine, "Le Poulpe")
    Crimes d'amour et de haine, de Jonathan & Faye Kellerman (Points, "Policiers")
    Un pays à l'aube, de Dennis Lehane (Rivages, "Noir")
    Mort d'un maître de go, de Frédéric Lenormand (Points, "Policiers")
    Année zéro, de Jeff Long (City, "Poche")
    Publicité meurtrière, de Pétros Márkaris (Points, "Policiers")
    Les Veilleurs, de Vincent Message (Points, "Policiers")
    Le Noyé du Grand Canal, de Jean-François Parot (10-18, "Grands détectives")
    La 6e cible, de James Patterson (LGF, "Thrillers)
    Tokyo, année zéro, de David Peace (Rivages, "Noir")
    Ouragan sur l'Adriatique, de Don Pendleton (Vauvenargues, "L'Exécuteur")
    Le Masque de San Marco, de Nicolas Remin (10-18, "Grands détectives")
    Allez donc faire ça plus loin, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio")
    Certaines l'aiment chauve, de San-Antonio (Fleuve noir, "San-Antonio")
    Trahison à froid, de Charles Todd (Archipoche, "Archipoche")
    Le Club du crime parfait, d'Andrés Trapiello (Points, "Policiers")

    Liens : Un pays à l'aube |Actionnaire Principal |Les Amis du crime parfait |Ceux qui se cachent |Patrick Bauwen |Antoine Chainas |Lisa Gardner |Karine Giébel |Colin Harrison |Jonathan Kellerman |Dennis Lehane |Frédéric Lenormand |Pétros Márkaris |Roger Martin |Pierre Mazet |Jean-François Parot |James Patterson |David Peace |S. J. Rozan | San-Antonio |Andrés Trapiello |Jan Costin Wagner |Carlene Thompson |Andrea Maria Schenkel

C'est dans les vieilles casseroles...

Lydia Chin est chargée de retrouver des bijoux disparus, dont la Lune de Shangaï, avec pour seuls éléments des lettres, celles de Rosalie Gilder, une juive venue à Shanghai dans les années 1930 pour échapper aux persécutions. Lydia va découvrir la réalité de cette diaspora inconnue à travers une narratrice d'autant plus attachante... qu'elle est morte assassinée soixante ans plus tôt ! Mais cette fameuse Lune de Shanghai existe-t-elle seulement ? Il faut croire que oui, puisque le coéquipier de Lydia est assassiné...
Il faut avoir de l'estomac pour dire que ce polar noir "transfigure complètement le genre". Mais le simple fait qu'un bon roman de série suscite des commentaires élogieux disproportionnés témoigne de l'état du polar américain condamné à ressasser depuis trente ans — avec plus ou moins de bonheur — les mêmes thèmes enseignés en cours de creative writing. Sale affaire... Un (enfin, une) détective privée enquêtant sur un objet légendaire surgi du passé, affaire qui entraîne l'assassinat de son coéquipier, et qui l'amènera au cœur des mafias chinoises : comment dirais-je... ça ne vous rappelle pas vaguement quelque chose ? Voilà donc un roman fermement ancré dans le genre hard boiled des années 1940 qui aurait pu donner dans le polar historique avec peu de modifications, si ce n'est le personnage de Lydia Chin, qui a toutes les caractéristiques de la privée moderne type affublée d'une mère ayant elle-même toutes les caractéristiques de la mère juiveTM (il lui manque juste deux chats pour compléter le tableau). On y trouve une évocation de New York vouée à faire se pâmer d'admiration pavlovienne les salons où l'on cause et quelques personnages secondaires pittoresques, dont un apprenti truand surnommé Fétide. En fait, le seul élément inattendu est le rapport d'affection par-delà le temps et la mort qui se noue entre Lydia et cette femme qu'elle ne connaît que par ses lettres, la réalité de la diaspora de Shanghai étant réduit à cet épisode (mais on ne lit pas non plus dans une thèse historique !). Sinon, pas de doutes, il se passe bien des choses dans cet énorme roman touffu et il est difficile de s'y ennuyer.

Citation

Pendant soixante ans, personne n'a vu les bijoux de Rosalie Gilder. Tout le monde commençait à partager mon avis : tout ça n'est qu'une légende, la lune de Shanghai est une légende, une histoire romantique née dans des temps difficiles. Mais maintenant ? Soudain, ils sont là, ces bijoux, et soudain, votre partenaire est tué.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 27 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page