L'Absolue perfection du crime

Avant de finir dans la neige avec une balle dans le ventre, j'avais à peu près tout ce qu'un homme peut espérer ici-bas.
Christophe Blanc - Blanc comme neige
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Noir

L'Absolue perfection du crime

Braquage/Cambriolage MAJ vendredi 03 juillet 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,5 €

Tanguy Viel
Paris : Minuit, février 2006
176 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7073-1944-9
Coll. "Double", 36

Le crime aurait été absolument parfait si...

Tanguy Viel, c'est avant tout un style. Ce style dont on ne parvient pas à dire s'il est écrit d'une traite, sans relâcher le stylo (ou le clavier), ou s'il est travaillé mot à mot, raturé, retravaillé. Tout semble couler à la perfection. On est dans une ambiance, une atmosphère et on se laisse emporter. La construction, tout comme pour son récent Paris-Brest, désarçonne au début. L'auteur nous promène, nous dévoile des pistes, en ferme d'autres pour finalement ficeler l'ensemble, lui donnant toute sa cohérence.
Dès le début, on sait que le braquage va foirer. On ne sait pas comment ni par qui, même si on a sa petite idée. C'est Marin l'instigateur du projet. Lui et l'oncle qui vit dans une maison en haut d'une colline. "Famille" locale de truands plus ou moins respectés. Marin sort de prison et veut réaliser un gros coup. Ce fameux gros coup que l'oncle décrit comme étant "l'absolue... perfection... du... crime" (en détachant bien chaque mot). Il s'agit du braquage d'un casino pour la nuit du 31 décembre. Pierre y va à reculons, surtout après la mort de l'oncle qui ne rend plus l'opération indispensable. Ils ne sont pas obligés d'y aller, mais ils y vont quand même. Andréi, Marin et Lucho, avec qui Marin a lié connaissance en prison. Pierre ne lui fait pas confiance, il ne le sent pas. Mais ils y vont. Ils vont tous au bout de leur destin, comme s'ils n'avaient pas le choix, comme s'ils devaient jouer un rôle écrit par l'oncle dans une mise en scène de Marin.
Le livre débute et se termine en effet par une lutte entre Marin et Pierre. C'est une sorte de lettre écrite à Marin. La lettre d'un frère trahi, la lettre d'un homme qui attend son heure. L'heure de la vengeance, l'heure de la dernière explication. Parce qu'il faut bien en arriver là.

Citation

Parce que pour les artistes, j'ai encore pensé, la tristesse ça marche avec la nuit. Si je faisais du théâtre, ai-je conclu, je tuerais en plein soleil.

Rédacteur: Gilles Marchand lundi 15 juin 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page